BFM Business

Nouvelles tensions sur les prix du gaz dès février

Le tarifs du gaz vont une nouvelle fois augmenter

Le tarifs du gaz vont une nouvelle fois augmenter - -

Avec la révision des tarifs du gaz devenue mensuelle, les consommateurs doivent s’attendre à une nouvelle hausse d'environ 1 % au 1er février.

Les consommateurs vont devoir en prendre l’habitude : leur facture de gaz va désormais évoluer plus vite puisque la révision des tarifs n’est plus trimestrielle, mais mensuelle. Ainsi, après une hausse de 2,4 % au 1er janvier, ils doivent encore s’attendre à une nouvelle augmentation au 1er février. C’est ce qu'a laissé entendre Gérard Mestrallet, le PDG de GDF Suez, le 11 janvier lors d’une conférence de presse. Le dirigeant a toutefois indiqué que la révision ne devrait pas dépasser 1 %. Tout est en fait suspendu à la décision de la CRE (Commission de régulation de l’énergie), qui doit statuer avant la fin du mois.

Mais ce n’est pas la seule augmentation qui guette les 11 millions de foyers abonnés au gaz. Le Conseil d’Etat doit aussi rendre son arrêt, dans les 15 prochains jours sur les recours déposés par GDF Suez et ses concurrents concernant le gel des tarifs décidé par le gouvernement. Ce gel ne leur permettrait pas de couvrir leurs coûts d’approvisionnement. La haute juridiction administrative pourrait donner l’autorisation aux fournisseurs d’énergies de procéder à une facturation de rattrapage.

30 euros par foyer

GDF Suez estime qu’il a accumulé un manque à gagner de 185 millions d’euros. Gérard Mestrallet a indiqué que la somme demandée à chaque foyer n’excèderait pas 30 euros par foyer, et son rattrapage serait étalé sur 18 mois.

Une autre augmentation risque d'alourdir le budget énergétique des ménages. L’électricité subit, elle-aussi, des augmentations constantes, la dernière en date remonte au mois de janvier, avec une majoration de 2,5%.

Ce ne sera pas la dernière car le gouvernement vient de passer un accord avec EDF pour lui rembourser une dette de 4,9 milliards d'euros accumulée à cause d’un plafonnement de la Contribution au Service Public de l'électricité. Or il s’agit d’une taxe payée par les consommateurs. Un échancier a été défini pour un remboursement d'ici la fin 2018.

BFM Business.com