BFM Business

Les prix du gaz en hausse de 2 à 3% dès le 1er janvier

Les 10 millions de foyers abonnés au gaz vont subir une hausse de 2 à 3 % dès le 1er janvier.

Les 10 millions de foyers abonnés au gaz vont subir une hausse de 2 à 3 % dès le 1er janvier. - -

Jean-Marc Ayrault a refusé de confirmer ce matin le montant de la hausse du prix du gaz, révélées par le Figaro. Une source gouvernementale vient pourtant de le faire.

GDF Suez et la Commission de régulation de l’énergie seraient tombés d’accord sur une augmentation de 2 à 3% des prix du gaz, applicable dès le premier janvier 2013, révèle le Figaro ce jeudi 6 décembre. Des informations qu'une source gouvernementale vient de confirmer à l'AFP.

Pourtant, un peu plus tôt dans la matiné,Jean-Marc Ayrault, interrogés sur RTL, s"était refusé à le faire. Le Premier ministre s’est contenté de reconnaitre que "que c'est vrai que nous sommes confrontés régulièrement à ces hausses de prix".

C’est le lundi 10 décembre que les 10 millions de foyers abonnés au gaz seront fixés sur leur sort. La ministre de l’Energie Delphine Batho doit, en effet, faire l’annonce des prix retenus en définitive par le gouvernement.

GDF Suez renégocie ses contrats d'approvisionnement

Ceux-ci tiendront compte de la récente invalidation par le Conseil d’Etat du gel des tarifs décidé sous le précédent gouvernement. Les nouvelles factures porteront donc le rattrapage des sommes non perçues depuis. A cela s’ajoutera la hausse liée à l’augmentation des prix d’approvisionnement. Mais celle-ci s’avère plutôt modérée, moins de 1%.

Le gouvernement est en tout cas conscient de la nécessité de mener un travail de fond sur la tarification du gaz. Delphine Batho doit annoncer aussi, lundi, le nouveau mode de calcul qui va être appliqué. Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez, a en tout cas tenu à préciser qu’il voulait que celui-ci prévoit "le principe d'une couverture de ses coûts d'approvisionnement".

Par ailleurs, il y a quelques mois, le gouvernement a aussi fait part à GDF Suez de la nécessité de revoir ses contrats d’approvisionnement à long terme basés sur le prix du pétrole. Jean-Marc Ayrault a ainsi reconnu que des négociations sont en cours, pour " pour que l'on ne soient plus dépendants de ces contrats qui coûtent cher et que l'on puisse bénéficier des prix du marché qui aujourd'hui, sur le gaz, sont plutôt à la baisse".

De son côté GDF Suez a annoncé, mercredi 5 décembre, dans le cadre d’un vaste plan d’économie, qu’il allait effectivement accroitre ses efforts pour optimiser ses achats.

Coralie Cathelinais