BFM Business

Les Français se détournent des tarifs réglementés de l'énergie

Les Français se laissent de plus en plus tenter par les offres de marché à la place des tarifs réglementés de l'énergie (image d'illustration).

Les Français se laissent de plus en plus tenter par les offres de marché à la place des tarifs réglementés de l'énergie (image d'illustration). - Milosz1 - Flickr - CC

Près de 10 ans après l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, de plus en plus de clients particuliers comme professionnels choisissent de délaisser les tarifs réglementés du gaz et de l'électricité pratiqués par les opérateurs historiques EDF et Engie.

Les tarifs réglementés de l'énergie séduisent de moins en moins les Français. Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE) au troisième trimestre, le nombre de clients particuliers ayant basculé en offre de marché a crû de 5,1% pour l'électricité et de 3,1% pour le gaz naturel. Un rythme supérieur au trimestre précédent note le gendarme de l'énergie dans son observatoire trimestriel du marché de détail.

Dans l’électricité, 207.000 clients supplémentaires ont opté pour une offre de marché au troisième trimestre. Mais au 30 septembre, une grande majorité de particuliers (86,7%) restaient encore fidèles aux tarifs réglementés pratiqués par l'opérateur historique EDF qui propose également comme l’ensemble de ses concurrents (Direct Energie, Planète Oui, Enercoop, Lampiris, EkWateur ..) des offres de marché.

Comparé aux tarifs réglementés, "le prix de l’offre de marché la moins chère proposée à Paris est inférieur de 6%" et pour un client abonné au tarif heures pleines/heures creuses "la différence atteint 7%" souligne la CRE. ,

45,3% des abonnés au gaz sont en offre de marché 

Dans le gaz, ce sont 146.000 clients supplémentaires qui ont choisi de quitter les tarifs réglementés appliqués par Engie (ex-GDF Suez). Sur les 10,6 millions d’abonnés au gaz, 45,3% sont désormais passés en offre de marché. Des tarifs proposés par les fournisseurs dits alternatifs (Eni, Lampiris, Direct Énergie …) mais aussi par Engie.

Là encore, l’offre de marché la moins chère "est inférieure de 5 à 7% selon les types de consommation (cuisson ou chauffage)" précise le gendarme de l’énergie.

Les professionnels basculent également vers les offres de marché 

Sur le segment des clients non résidentiels, "après un fort développement des offres de marché et de la concurrence au premier trimestre 2016, surtout en électricité, lié à l’échéance de fin des tarifs réglementés au 1er janvier 2016, le rythme a ralenti au deuxième trimestre puis est resté stable au troisième" écrit la CRE dans son observatoire.

Depuis le 1er janvier 2016, les consommateurs professionnels d’électricité ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kVA (kilovolt-ampère) ou dont la consommation de gaz naturel excède 30 mégawattheures (MWh) par an ne sont plus éligibles aux tarifs réglementés de vente appliqués par les opérateurs historiques EDF et Engie.

Entre juillet et septembre, 46.000 nouveaux sites non-résidentiels sont ainsi passés en offre de marché (+3,1%) pour l'électricité. Ainsi sur les 4,9 millions de sites non-résidentiels, 1,5 million sont désormais en offre de marché. Dans le gaz, 579.000 sites sur 660.000 étaient en offre de marché fin septembre, dont 251.000 chez un fournisseur alternatif. 

A.M. avec AFP