BFM Patrimoine

Essence, électricité, gaz: les Français pourraient réduire la facture

Les équipements électroménagers sont sous-utilisés pour réaliser des économies d'énergie

Les équipements électroménagers sont sous-utilisés pour réaliser des économies d'énergie - CC0

Les Français consacrent plus de 8% de leur budget pour se chauffer, s’éclairer et circuler en voiture. Ce chiffre est quasiment stable depuis 30 ans. Pourtant leur facture énergétique pourrait être aisément réduite. Explications.

Derrière la barre de chocolat mais devant la place de cinéma. La facture d’énergie occupe une place de choix dans le porte-monnaie des Français. Les ménages dépensent environ 2.800 euros par an pour l’électricité, le gaz et le carburant, comme le révèle la dernière note de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Les Français consacrent ainsi plus de 8% de leurs revenus pour se chauffer, s’éclairer et circuler. Ce chiffre est inférieur aux dépenses consacrées à l’alimentation (9,2%), mais supérieur au budget alloué aux loisirs et à la culture (6,3%), ainsi qu’à l’habillement (2,9%). "Le coût de l’énergie passe souvent inaperçu alors qu’il représente une part importante des budgets des ménages", explique Daniel Foundoulis, président de ConsoFrance.

Aucune économie depuis 1980

Contrairement aux idées reçues, les dépenses énergétiques n’ont pas baissé depuis les années 1980. Les Français dépensent en moyenne 3,2% de leur budget pour faire chauffer leurs radiateurs et faire fonctionner leurs lumières, 2,2% pour leurs carburants et 1,8% pour les transports. "L’énergie est pourtant l’un des domaines où les progrès en terme de gestion et de consommation ont été les plus importants", relève Inès Galichon, consultante énergie chez ENEA Consulting.

A l’exception des dépenses de santé et d’énergie, la plupart des postes de budget (vêtements, alimentations et loisirs) des ménages français ont diminué depuis les années 1980. Au niveau européen, les Français sont parmi les plus gourmands en énergie, au même niveau que les Allemands, mais loin devant les Britanniques, les Italiens et les Espagnols.

Effet marginal des nouvelles technologies

Les nouvelles technologies n’ont eu qu’un effet marginal sur la facture énergétique. Les dispositifs d’isolation des habitations ou les équipements électroménagers moins gourmands en électricité sont sous utilisés, selon Daniel Foundoulis, président de ConsoFrance. "Les économies d’énergies sont en trompe l’œil. Une majorité des Français s’équipe encore mal ou gaspille les économies par un surcroît de consommation".

Le constat est le même pour les transports où la consommation de carburant n’a pas diminué en dépit de l’amélioration globale des performances des véhicules. En cause notamment la durée de vie moyenne des voitures françaises de 8,8 ans, comme l’indique le Comité des Constructeurs Français d’Automobiles, ainsi que la hausse du prix des carburants qui a absorbé la réduction de la consommation des véhicules.

Une source d’économies considérables

En 2015, les ménages français ont dépensé près de 115 milliards d’euros pour l’énergie. "Les dépenses énergétiques représentent des sommes considérables, c’est un enjeux important", souligne Daniel Foundoulis.

Mieux utilisée et mieux gérée, l’énergie peut constituer un levier de réduction des dépenses et de redéploiement vers d’autres besoins et activités, souligne Inès Galichon, consultante énergie chez ENEA Consulting. "En gérant mieux leur énergie et en optimisant leur consommation, les ménages pourraient gagner du pouvoir d’achat, augmenter leur épargne ou même réaliser des projets à plus long terme". Et ne plus avoir à choisir entre la barre au chocolat et la séance de cinéma.

Découvrez notre nouvelle rubrique :

Consommer mieux, Épargner plus !

A lire aussi :

Réduire sa facture énergétique, c'est possible !

A lire aussi :

Est-il toujours avantageux de changer de fournisseur d'énergie ?

Raphaël Bloch