BFM Business

Le nouveau coup de pouce de la RATP aux bus électriques Bolloré

Dix des bus Bolloré pourront être rechargés par un pantographe (bras articulé au-dessus du bus) qui se déploiera au terminus de la ligne. Dix autres seront alimentés par simple prise électrique.

Dix des bus Bolloré pourront être rechargés par un pantographe (bras articulé au-dessus du bus) qui se déploiera au terminus de la ligne. Dix autres seront alimentés par simple prise électrique. - Fred Tanneau-AFP

La RATP commande 20 bus électriques supplémentaires à Bolloré, un doublement par rapport aux engagements déjà pris. La régie testera de nouvelles technologies de recharge pour augmenter l'autonomie de ces véhicules

La RATP se confirme comme le grand client des bus 100% électriques Bolloré. Sous l'impulsion du Stif (Syndicat des transports d'Île-de-France NDLR), la régie parisienne passe commande de 20 nouveaux bus électriques de marque Bluebus (groupe Bolloré) afin de tester la recharge partielle des batteries en terminus. Les 20 nouveaux bus seront déployés sur "deux lignes franciliennes" a indiqué la RATP.

Dix de ces 20 bus pourront être rechargés par un pantographe (bras articulé au-dessus du bus permettant la recharge des batteries) qui se déploiera au terminus de la ligne, tandis que les dix autres seront alimentés par simple prise électrique. "La recharge des batteries en terminus de ligne vient ainsi en complément de la recharge de nuit lors du stationnement au dépôt", qui reste la norme, selon la RATP. 

Ce nouveau marché s'ajoute à la commande des 23 Bluebus produits par l'industriel dans sa nouvelle usine d'Ergué-Gabéric près de Quimper (Finistère). Cette commande s'accompagnait d'une option pouvant aller jusqu'à 70 ou 80 bus, dont le prix unitaire est d'environ 500.000 euros.

Ces premiers bus électriques ont été mis en service le 30 mai 2016 sur la ligne RATP 341, reliant la porte de Clignancourt à la place de l'Étoile. Cette ligne doit devenir d'ici à la fin 2016 la première à être équipée à 100% de bus électriques, soit 23 véhicules.

Mais, dans la ligne de mire de Bolloré, il y a surtout la perspective en 2017 d'un nouvel appel d'offre de la régie parisienne qui renouvellera la totalité de sa flotte de bus en Ile-de-France, soit 4.500 véhicules. Ses concurrents directs (Heuliez Bus, Solaris, Irizar,...) lorgnent aussi cet énorme contrat à venir mais l'industriel breton peut penser qu'en ayant déjà un pied dans la place, il peut prétendre légitimement à une part du futur gâteau.

En plus, les bus électriques de Bolloré peuvent aussi bénéficier des conséquences de la loi sur la transition énergétique, adoptée en juillet 2015. Ce texte prévoit que les transporteurs publics doivent avoir, dans le renouvellement de leurs flottes, au moins 50% de bus et de cars propres à compter de 2020, puis en totalité à partir de 2025. Pour la RATP, le quota de 50% s'appliquera dès 2018.

Frédéric Bergé avec AFP