BFM Business

La Société Générale renonce à financer une centrale à charbon 

La Société Générale ne financera pas la construction de la centrale thermique indonésienne Tanjung Jati. (image d'illustration)

La Société Générale ne financera pas la construction de la centrale thermique indonésienne Tanjung Jati. (image d'illustration) - Crey Goebel - Flickr - CC

La banque française a décidé de ne pas investir dans la construction d'une centrale thermique indonésienne.

La Société Générale "ne financera pas" la construction d'une nouvelle centrale à charbon en Indonésie indique l'entreprise dans un communiqué. Une décision qui fait suite à un engagement pris lors de la COP21 et réaffirmé fin octobre. La banque indiquait alors "l'arrêt de l'ensemble de nouveaux financements de projets de centrales thermiques au charbon ou des infrastructures associées, partout dans le monde" à compter du 1er janvier 2017. 

L'ONG "Les Amis de la Terre", qui mène actuellement une campagne pour pousser les banques françaises à se désengager du charbon -source d'énergie la plus émettrice de gaz à effet de serre- a fait part de sa satisfaction. Ses membres rappellent qu'une autre banque française, BNP Paribas, s'était déjà désengagé de ce projet en 2015.

"Le projet de Tanjung Jati en Indonésie n'ayant pu être bouclé avant le 1er janvier", la Société Générale est "aujourd'hui obligée de se désolidariser du groupe de financeurs pour respecter son engagement" explique Lucie Pinson membre des Amis de la Terre France. Selon un porte-parole de la banque cité par l'AFP, cette décision est simplement "l'application de notre engagement". 

Les institutions financières ne souhaitent plus être associées à cette source d'énergie

De nombreux investisseurs (banques, fonds d'investissement...) ont pris l'engagement de ne plus financer de nouvelles infrastructures fonctionnant avec du charbon. Toutefois, des centaines de projets de centrales existent. L'éventuelle construction de ces installations pourrait compromettre l'objectif de l'accord de Paris visant à limiter bien en deçà de 2°C la hausse des températures par rapport à l'ère pré-industrielle.

Selon "Les Amis de la Terre", la "Société Générale était l'une des six banques impliquées dans ce projet pour lequel le financement n'est désormais plus assuré". Outre des investisseurs japonais, le principal partenaire de ce projet reste désormais le Crédit Agricole. Dans un communiqué, l'ONG appelle désormais "le Crédit Agricole à se retirer à son tour de Tanjung Jati, ainsi que d'un projet similaire également prévu en Indonésie".

"En octobre 2016, la banque s'est engagée comme la Société générale à ne plus financer de projets de centrales à charbon dans le monde", soulignent "Les Amis de la Terre".

>> Retrouvez en temps réel le cours des actions Société Générale et Crédit Agricole sur TradingSat.

A.M. avec AFP