BFM Business

L'énergie préoccupe toujours autant les Français

(image d'illustration)

(image d'illustration) - Jeff Pachoud - AFP

Attentifs à leurs factures d'énergie et aux évolutions des services proposés par leurs fournisseurs, les Français peinent cependant à comprendre le marché du gaz et de l'électricité, souligne le baromètre annuel du Médiateur national de l'énergie.

Les Français restent majoritairement préoccupés par leur consommation d'énergie. Selon le 10e baromètre annuel de l'énergiepublié mardi 18 octobre par le Médiateur national de l'énergie, 71% des personnes interrogées déclarent que la consommation d'énergie constitue pour elles "un sujet de préoccupation important". Un cinquième des sondés considère même cette problématique comme "très importante". Cette préoccupation est liée, pour 56% des foyers, à la part jugée élevée des factures de gaz ou d'électricité dans leur budget, même si cette proportion recule de 6 points par rapport à 2015 pour atteindre le niveau le plus bas depuis 2007. 

"Si les consommateurs sont aujourd'hui un peu moins préoccupés par leurs factures et ont une perception plus positive de l'ouverture des marchés, c'est avant tout dû à la conjugaison des températures plus douces et à la baisse des prix de l'énergie" explique Jean Gaubert, le médiateur national de l'énergie auprès de l'AFP.

Un tiers des Français a toutefois dû restreindre son chauffage pour limiter la facture et 8% des ménages interrogés ont déclaré avoir rencontré des difficultés pour payer certaines factures.

Les abonnés favorables aux compteurs intelligents 

Selon ce baromètre, de plus en plus de Français se sentent bien informés sur l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence (62% contre 57% en 2015). Pourtant, l'organisation de ce marché reste encore "confuse" pour la plupart des sondés. Seuls 28% des consommateurs font une distinction entre Engie (ex-GDF Suez) et EDF alors qu'il s'agit pourtant de deux sociétés concurrentes.

En outre, 55% des Français disent avoir entendu parler des compteurs communicants Linky, déployés par Enedis pour l'électricité, et Gazpar installés pour le gaz par GrDF. Au total, 60% des sondés se déclarent favorables au déploiement de ces boîtiers. Le reste des personnes interrogées craint, en premier lieu, des suppressions d'emplois (23%), n'en voient pas l'utilité (14%) ou préfèrent garder un contact humain (14%). 

Parmi les Français défavorables, les craintes liées aux ondes et à la protection des données personnelles sont mises en avant par respectivement 9% et 10% des personnes interrogées. 

Cette enquête a été réalisée par téléphone par l'institut d'études Market Audit en septembre 2016 auprès d'un échantillon représentatif de 1.491 foyers français

Antonin Moriscot