BFM Business

Hausse des tarifs EDF: est-il temps de changer de fournisseur?

Avec la hausse des tarifs réglementés, les consommateurs ont intérêt à regarder de près les offres des fournisseurs d'énergie alternatifs.

Avec la hausse des tarifs réglementés, les consommateurs ont intérêt à regarder de près les offres des fournisseurs d'énergie alternatifs. - -

Les tarifs réglementés de l'électricité - ceux d'EDF - vont augmenter de 5% ce 1er août et du même taux au 1er août 2014. Désormais, serait-il plus économique d'acheter son électricité auprès d'opérateurs alternatifs?

Les tarifs réglementés de l'électricité, les fameux "tarifs bleus" d'EDF, augmenteront de 5% ce jeudi 1er août. Une hausse prévue par les ministères de l'Economie et de l'Ecologie, comme la nouvelle augmentation de 5% au 1er août 2014.

Aujourd'hui encore, 93% des particuliers en France se fournissent en électricité chez l'opérateur historique, qui propose lui aussi une offre à prix de marché (non soumis aux décisions de l'Etat) mais assez peu connue. Donc seule 7% de la population s'est tournée vers des fournisseurs alternatifs, qui formulent des offres à prix libres. Sachant que la qualité d'énergie proposée est la même chez tous les opérateurs, et vu les augmentations successives des prix réglementés, il est peut-être temps de faire confiance à "la main invisible" pour sa facture énergie.

GDF et Direct Energie moins chers ?

La Commission de régulation de l'énergie recense huit concurrents nationaux à EDF. Il y a d'abord GDF Suez Dolce Vita, qui multiplie ces derniers jours les communiqués sur son offre à tarifs garantis pendant deux ans. Pour lui comme pour les autres, le prix au kilowattheure varie en fonction des usages du consommateur, de sa localisation géographique, de la taille et de l'isolation du logement, etc. (Voir notre comparatif ci-dessous).

Au deuxième rang, Direct Energie, qui a avalé son concurrent Poweo en 2012 et revendique plus d'un million de clients. Le groupe propose aujourd'hui deux offres: l'une indexée sur les prix réglementés, qui augmentera donc jeudi en même temps que les tarifs bleus d'EDF, mais calculée pour rester 5% moins chère. Une autre est à prix fixe garanti pendant deux ans. Aujourd'hui, elle peut être plus chère que celle d'EDF, mais "deviendra moins onéreuse au cours de ces deux années", explique Ivan Roussin, directeur de la communication de Direct Energie.

Des énergies vertes à tarifs bleus

Les autres sont plus petits, et promeuvent majoritairement des projets verts, et un modèle coopératif. C'est le cas de la scop Enercoop, qui estime que ses tarifs surpassent de 20 à 25% ceux d'EDF. Des surcoût liés à ses valeurs: la multiplication des coopératives locales pour la production d'électricité, et 100% de l'offre en énergie verte et renouvelable, explique Pierre-Yves Détré, son directeur de communication. Mais aucune augmentation de tarif n'est prévue avant deux ans, d'autant que chaque hausse doit être votée par les clients sociétaires de la coopérative en assemblée générale.

Viennent ensuite Alterna, Planet Oui, Lampiris, Energem et Selia. Comme Enercoop, elles ne proposent que de l'énergie verte et renouvelable. Certaines, comme Energem ou Selia, pratiquent des tarifs calqués sur les tarifs réglementés tandis que les autres garantissent un prix fixe pendant un an minimum.

Comme le précise la CRE, le prix au kilowattheure n'est qu'un des critères auxquels il faut prêter attention lorsqu'on compare les offres des différents opérateurs. Les différentes promotions, la durée d'engagement prévue, les conditions d'évolution des prix et de résiliation du contrat ou encore les prix des services à la clientèle ont aussi un impact significatif sur sa facture d'électricité.

Trois cas pratiques

> Vous vivez dans un studio à Paris dont le chauffage ne fonctionne pas à l'électricité. Votre consommation annuelle moyenne est estimée à environ 1.350 kilowattheures. Sur l'offre tarifaire de base (dont le prix ne varie pas en fonction des heures creuses/heures pleines), l'offre GDF e-Dolce, à prix fixe pendant deux ans, est la moins chère, à 209 euros par an pour la première année de souscription. Viennent ensuite l'offre directe de Direct Energie, à 222 euros par an, puis Planet Oui, à 235 euros, et le tarif bleu d'EDF ensuite, à 239 euros.

> Vous vivez dans un studio doté du chauffage électrique, ou dans un appartement familial à 4 personnes sans chauffage électrique à Montpellier. Votre consommation moyenne annuelle est à peu près de 2.677 kilowattheures. Là encore, selon le comparateur de prix de la CRE, qui prend en compte les promotions exceptionnelles, l'offre e-Dolce à prix fixe sur 2 ans de GDF Suez est la mieux disante, à 390 euros par an, devant l'offre Directe de Direct Energie à 397 euros par an, celle de Planète Oui à 404 euros par an. Puis à nouveau Direct Energie, avec cette fois l'offre "Pur Jus" (100% renouvelables), et enfin EDF et son tarif bleu, à 420 euros par an.

> Vous habitez un grand appartement ou une maison en famille à Evreux, vous vous chauffez grâce à l'électricité. Votre consommation annuelle est proche de 3.936 kilowattheures. En prenant compte les promotions, et au tarif de base des fournisseurs d'énergie, c'est cette fois l'offre Directe de Direct Energie qui est la moins onéreuse, à 572 euros par an. Suivie de l'offre e-Dolce à prix garanti deux ans de GDF Suez, pour 573 euros par an, puis Planète Oui, à 584 euros par an, puis l'offre "Pur Jus" de DE pour 585 euros par an, et enfin EDF et son tarif bleu, à 603 euros par an.

Nina Godart (texte) et Caroline Mier et Tanguy De Lanlay (vidéo)