BFM Business

Google veut reconvertir une centrale à charbon en data center

Les data centers abritent les nombreux serveurs de Google. (photo d'illustration)

Les data centers abritent les nombreux serveurs de Google. (photo d'illustration) - Google

Le géant américain du web vient d’annoncer son intention de racheter l’ancienne centrale à charbon de Windows Creek, dans l’Alabama, et de transformer en un puissant datacenter.

Google, nouveau géant de la reconversion de sites industriels ? En besoin constant d’espace pour ses infrastructures, et notamment ses gigantesques data centers, où transitent quotidiennement des millions de données, la firme de la Silicon Valley vient de jeter son dévolu, contre 600 millions de dollars, sur une vieille centrale à charbon de l’Alabama (Etats-Unis). Datant de 1952, elle doit cesser son activité en octobre prochain. 

Vue de l'actuelle centrale à charbon de Windows Creek que Google compte transformer en data-center.
Vue de l'actuelle centrale à charbon de Windows Creek que Google compte transformer en data-center. © Google

Le choix de convertir une structure existante peut surprendre, mais présente de nombreux avantages. Patrick Gammons, en charge de la stratégie énergétique de Google, explique que "les data centers ont besoin d’une énorme infrastructure pour tourner non-stop. Ici, nous pouvons réutiliser l’installation électrique et ainsi nous assurer que les serveurs vont fournir en continu les données qui sont nécessaires aux utilisateurs". 

Une reconversion liée à la politique environnementale de Google

Conscient que ses services et ses infrastructures consomment énormément d’énergie, le géant d’Internet cherche à réduire depuis quelques années déjà son empreinte écologique. Ainsi, en 2008, dans le cadre d’une autre ouverture de data center, en Finlande, c’est dans une ex-papeterie située au bord de la mer Baltique que la société s’installait. L’idée étant de se servir de l'eau de mer disponible à proximité pour développer un système de refroidissement plus neutre en termes d’impact sur l’environnement.

Dans le cas du projet qui doit voir le jour dans l’Alabama, Google affirme que l'équipement fonctionnera entièrement avec des énergies vertes. Vu la localisation du site, en bordure du Tennessee, on imagine aisément la firme utiliser les réserves d’eau voisines pour rafraîchir ses serveurs, voire produire de l'électricité. Le géant du web a d'ailleurs noué un partenariat en ce sens avec la Tennessee Valley Authority, le principal fournisseur d'électricité aux Etats-Unis.

Antonin Moriscot