BFM Business

Gel des prix de l’essence : Pierre Moscovici prendra une décision le 28 août prochain

Pierre Moscovici promet que les prix de l'essence n'augmenteront plus après le 28 août

Pierre Moscovici promet que les prix de l'essence n'augmenteront plus après le 28 août - -

Le ministre de l’Economie et des Finances a indiqué, mardi 14 août, que le gouvernement prendrait des mesures pour contrecarrer la hausse des prix de l’essence avant la fin de l’été. Un blocage des prix à la pompe n’est pas exclu.

Le gouvernement est bien décidé à lutter contre l'envolée des prix à la pompe. Ce mardi 14 août, Pierre Moscovici a donné plus de précisions sur le calendrier devant mener à l’adoption de mesures.

Le ministre de l’Economie et des Finances a ainsi indiqué qu’il recevra un premier rapport de l’Inspection général des Finances et du Conseil général des mines le 24 août. "Sur la base de ce rapport, je verrai le 28 août les compagnies de raffinage et de distribution pour discuter avec elles des conditions de fixation des prix de la filière pétrolière", a déclaré Pierre Moscovici, sur la radio Europe 1."Dès cette date nous agirons et prendrons les mesures appropriées ", poursuit-il, promettant que les prix de l'essence n'augmenteront alors plus.

La TIPP flottante serait trop coûteuse pour l

Quant aux mesures gouvernementales, le ministre a précisé que plusieurs options sont sur la table. Le blocage temporaire des prix de l’essence "est une possibilité, mais ce n’est pas évident" en raison des conditions réglementaires extrêmement précises, admet Pierre Moscovici.

Une réactivation de la TIPP (Taxe intérieure sur les produits pétroliers) flottante a été elle rejeté par le ministre. Selon lui, le levier fiscal coûterait trop cher à l’Etat.

Les professionnels du secteur ont déjà réagi à ces annonces. Ils affirment que leurs marges sont trop faibles pour envisager un effort. De quoi tuer dans l’œuf une éventuelle action concertée de l'Etat avec les distributeurs et les raffineurs.

Les prix à la pompe sont actuellement en train de se rapprocher de leurs plus hauts niveaux historiques. Selon les derniers chiffres du ministère de l'Ecologie, le litre de diesel, carburant le plus utilisé en France, est revenu la semaine dernière à environ 3 centimes de son record de la mi-mars (1,4584 euro). Le sans plomb 95 se situe lui à un peu plus de 6 centimes de son prix historiquement le plus élevé, atteint le 13 avril dernier.

Simon Tenenbaum et AFP