BFM Business

Comment Nissan électrise la Corse

Nissan déploie un réseau de bornes électriques en Corse permettant le rechargement de ses véhicules Leaf et e-NV200. (image d'illustration)

Nissan déploie un réseau de bornes électriques en Corse permettant le rechargement de ses véhicules Leaf et e-NV200. (image d'illustration) - Médiathèque Nissan

Le constructeur japonais, leader des ventes de véhicules électriques en Europe, s’attaque à l’électrification du parc automobile de l'île de Beauté en y déployant progressivement un réseau de bornes de rechargement rapide.

Les voitures électriques ont la cote auprès des Français. Depuis 2010, date d’arrivée sur le marché hexagonal du trio Mitsubishi iMiev, Peugeot iOn, Citroën C-Zero, environ 85.000 véhicules électriques, tous constructeurs confondus (Renault, Nissan, Smart, Tesla …) ont été immatriculés selon l’Avere.

Les propriétaires de ces autos louent volontiers leur silence et leurs performances, le couple du moteur étant disponible immédiatement. De leur côté, les détracteurs de la mobilité durable répliquent en pointant l’autonomie limitée (environ 200 kilomètres) de ces véhicules et en mettant en avant le manque d’infrastructures permettant de les recharger. 

L'État s'est pourtant fixé un objectif ambitieux. La loi de transition énergétique prévoit de mettre à disposition des utilisateurs de voitures électriques près de 100.000 bornes publiques d'ici 2020. Lors de l'édition 2016 du Mondial de l'automobile, la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal a annoncé le déploiement, d'ici trois ans, d'un million de bornes dont 900.000 seront installées chez des particuliers.

Des bornes installées en partenariat avec un pétrolier 

Actuellement, la France ne compte que 15.000 bornes, réparties inégalement sur le territoire. À l'image du Cantal, du Tarn ou encore de la Creuse, la Haute-Corse et la Corse-du-Sud font partie des départements les moins bien équipés. Un constat qui n'a pas échappé à Nissan.

Disposant de trois modèles électriques dans sa gamme, la berline compacte Leaf (vendue à 230.000 exemplaires depuis 2011), le ludospace Evalia et le fourgon e-NV200, le constructeur japonais a décidé d’offrir à l’Île de Beauté une quinzaine de bornes de rechargement rapide.

-
- © Médiathèque Nissan

Comme à son habitude, le constructeur a cherché un partenaire sur qui s'appuyer pour lancer cette opération. Contrairement à ce qui se fait en métropole, ce n'est ni avec Auchan, ni avec Ikea que le partenariat a été conclu, mais avec le groupe Ferrandi. Une entreprise locale qui commercialise sur l’île les carburants du pétrolier Esso dans la trentaine de stations-services qu'elle possède. 

Laisser "une Corse plus bleue" aux générations futures

En pratique, Nissan prend en charge le coût de chaque borne (environ 20.000 euros l'unité) et le groupe Ferrandi celui des travaux. La maintenance des infrastructures a été confiée à Sodetrel, une filiale d'EDF. 

Interrogée sur ses motivations par le site spécialisé Breezcar, la famille Ferrandi a simplement indiqué lors de l'inauguration de la première borne qu'il "est important de laisser à nos enfants une planète plus verte une Corse plus bleue". 

L'utilisation de ces bornes sera gratuite, à vie, pour les automobilistes roulant en Nissan électrique mais elle sera facturée quelques euros à ceux qui ont opté pour des modèles de la concurrence. Elles permettent de recharger en moins de 30 minutes, 80% des batteries d'un véhicule électrique. 

Quatre chargeurs situés à Bastia, Ajaccio, Propriano et Aléria fonctionnent déjà. Nissan et le groupe Ferrandi disposent des autorisations nécessaires pour en installer cinq autres avant l'été 2017. Enfin, cinq bornes supplémentaires seront ajoutées à celles existantes fin 2017, comme l'indique la carte ci-dessus. Ces infrastructures viendront s'ajouter à celles déployées dans l'île par la PME Corsica Sole.

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV