BFM Business

Clara Gaymard (GE): "ce sont des fiancailles" avec Alstom

Clara Gaymard a estimé que l'investissment de General Electric "est un signe de confiance pour les ingénieurs et la technologie française".

Clara Gaymard a estimé que l'investissment de General Electric "est un signe de confiance pour les ingénieurs et la technologie française". - -

La présidente de General Electric France était l'invitée de BFMTV, ce mercredi 30 avril. Elle est évidemment revenue sur le dossier Alstom.

Le dossier Alstom se précise. Ce mercredi 30 avril, le groupe français a annoncé avoir donné sa préférence à General Electric pour racheter ses activités énergie, tout en laissant la porte ouverte à Siemens.

Invitée ce mercredi 30 avril sur BFMTV, la présidente de General Electric France, Clara Gaymard est revenue sur ce dossier.

Elle a ainsi rappelé que tout n'est pas fini: "nous sommes tenus, engagés auprès d'Alstom mais cette offre n'est pas exclusive", a-t-elle précisé. Pendant un mois, le groupe français pourra ainsi examiner des offres rivales, comme celle de Siemens.

Clara Gaymard a donc évoqué "des fiancailles" entre General Electric et Alstom plutôt qu"un mariage".

Elle a néanmoins défendu l'offre de son entreprise affirmant qu' il s'agirait "du plus gros investissement de General Electric dans le monde depuis 20 ans". "C'est un signe de confiance pour les ingénieurs et la technologie française", a-t-elle considéré.

"Les préoccupations de l'Etat sont légitimes"

Interrogée sur l'interventionnisme de l'Etat dans ce dossier, elle a jugé que "ses préoccupations sont légitimes". "Il est normal qu'un gouvernement dans un secteur stratégique s'intéresse à ce qu'il va se passer pour Alstom", a-t-elle poursuivi rappelant que cette entreprise est "emblématique" pour l'Hexagone.

"Nous avons toujours dit au gouvernement qu'on dialoguerait avec lui", a-t-elle continué, faisant plusieurs fois référence à la lettre écrite par Jeffrey Immelt, le patron de General Electric à François Hollande. Dans ce document, le dirigeant américain s'engage notamment à faire croître les emplois en France.

Clara Gaymard a d'ailleurs rappelé que Jeffrey Immelt "a dirigé les activités Santé de GE en France dans les années 80". "Il connaît la France, il aime la France", a-t-elle plaidé.

J.M.