BFM Business

Ces chercheurs australiens ont créé une peinture générant de l'électricité

Mis au point en Australie, dans les laboratoires du Royal Melbourne Institute of Technology, un enduit spécial parvient à produire de l'énergie en absorbant la chaleur du soleil et l'humidité contenue dans l'air ambiant.

Les bâtiments vont bientôt pouvoir produire davantage d'électricité. Après le développement des toitures solaires, composées de très classiques panneaux photovoltaïques ou d'éléments imitant l'aspect des tuiles en terre cuite, et l'apparition des premières fenêtres solaires, des scientifiques viennent de mettre au point une peinture capable de produire de l'électricité. 

Conçu par Kourosh Kalantar-Zadeh et Torben Daeneke, dans les locaux du Royal Melbourne Institute of Technology (RMIT), cet enduit comprend un composé chimique inédit, baptisé "sulfate de molybdène synthétique", dont la particularité consiste à absorber la lumière et l'humidité -à l'image d'un sachet de gel de silice placé dans une boîte à chaussures- et à agir comme un semi-conducteur.

"En mélangeant ce composé avec des particules d'oxyde de titane, on obtient une peinture qui absorbe la lumière du soleil et produit de l'hydrogène à partir de l'énergie solaire et de l'humidité de l'air" détaille, dans une note, Torben Daeneke, l'un des deux scientifiques à l'origine de cette découverte.

Vers une commercialisation à grande échelle?

L'hydrogène ainsi obtenu permet alors de servir de combustible à un véhicule fuel-cell ou d'être transformé en courant électrique grâce à une pile à combustible avant d'être utilisé ou stocké dans une batterie domestique

Cette découverte peut fonctionner dans "n'importe quel endroit ou l'air contient de la vapeur d'eau" insistent ses inventeurs. Ainsi, cette peinture spéciale pourrait être utilisée, en complément de panneaux photovoltaïques traditionnels ou non, aussi bien "dans des climats très secs et chauds qu'au bord des océans", ajoutent-t-ils. 

L'enduit solaire développé par Kourosh Kalantar-Zadeh et Torben Daeneke n'est pas encore commercialisé. Cette invention doit encore subir une série de tests en conditions réelles pour valider ou infirmer ses propriétés. Cependant les deux scientifiques, qui croient en leur découverte, assurent que la peinture solaire sera disponible sur le marché "dans plusieurs années, vraisemblablement cinq ans, à un prix raisonnable". Le coût des ingrédients utilisés étant "raisonnablement peu cher". 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV