BFM Business

Carburants: Bercy étudie une aide ciblant les ménages à faibles revenus

Bercy étudie une nouvelle mesure pour que les ménages les plus défavorisés ne soient pas pénalisés par la hausse des prix à la pompe.

Bercy étudie une nouvelle mesure pour que les ménages les plus défavorisés ne soient pas pénalisés par la hausse des prix à la pompe. - -

C’est à la fin du mois que le dispositif d’allégement des prix à la pompe va prendre fin. Le gouvernement a reconnu plancher sur une nouvelle aide dont les seuls bénéficiaires seront les foyers les plus démunis.

Le ministère de l’Economie étudie un nouveau dispositif pour lutter contre l’envol des prix à la pompe. L’information, révélée par le Journal du Dimanche, a été confirmée à l’AFP par un conseiller du ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici.

Cette nouvelle mesure doit prendre la relève du dispositif temporaire mis en place par le gouvernement à la fin du mois d’aout et qui doit se terminer dans une dizaine de jours.

Mais cette fois, l’intention du gouvernement n’est plus de faire baisser les prix à la pompe pour tous les consommateurs. Il souhaite concentrer ses efforts sur les ménages à faibles revenus.

Bercy affirme qu'aucune décision n’a encore été prise, tout sera jouera le 28 novembre. Mais selon les informations obtenues par le JDD, le gouvernement aurait choisi de soutenir le pouvoir d’achat des 2 millions de personnes allocataires de la couverture maladie universelle (CMU).

Le fait qu’ils n’aient pas tous un véhicule ne semble pas une incohérence pour Bercy, qui ne voit pas en quoi verser cette aide sans distinction serait "choquant". Ses explications rapportées par le JDD: "On peut avoir une approche essence stricto sensu ou plus large de la mobilité".

Un coût de quelques centaines de millions par an

Mais contrairement au dispositif déjà en place, il ne sera pas question de demander aux industriels du secteur de faire un nouvel effort. Ceux-ci ont contribué environ pour moitié à la baisse de 6 centimes constatée en moyenne sur les prix à la pompe. Ils ont déjà maintes fois fait savoir qu’ils ne comptaient pas prolonger l’expérience, arguant que leurs marges étaient limitées.

Au final, la mesure de soutien aux ménéges à faibles revenus pourrait coûter au gouvernement quelques centaines de millions d'euros par an.

BFMbusiness.com