BFM Business

BP: un rapport interne pointe des carences de sécurité

Selon un rapport, BP ne tient pas assez compte d'informations importantes et des incidents qui se produisent sur ses différents sites. (image d'illustration)

Selon un rapport, BP ne tient pas assez compte d'informations importantes et des incidents qui se produisent sur ses différents sites. (image d'illustration) - Spencer Platt - Getty Images North America - AFP

Greenpeace a rendu public ce mardi un rapport commandé par le groupe pétrolier britannique dans lequel sont pointées du doigt de sérieuses carences dans la gestion de la sécurité de ses raffineries et exploitations pétrolières.

Sept ans après la marée noire qui a touché le Golfe du Mexique, l'ONG Greenpeace dévoile un rapport interne de BP concernant la gestion de la sécurité. Ce document, rédigé par l'entreprise, indique que le groupe ne tient pas assez compte d'informations importantes et des incidents qui se produisent sur ses différents sites à travers le monde.

Des insuffisances qui ont failli conduire à deux accidents mortels. Sans compter qu'elles coûtent à la société 180 millions de dollars (170 millions d'euros) chaque année, selon un communiqué de l'ONG.

L'enquête a été réalisée en août 2015 à partir d'entretiens auprès de 150 personnes sur 9 sites. Sur les 500 derniers incidents recensés, 75 ont été directement liés à une mauvaise information. La liste des erreurs est longue, allant de l'absence de consignes à des appareils anti-explosion mal installés, le rapport évoquant des "incidents évités de justesse à répétition" et au moins un événement sérieux dans une importante raffinerie de pétrole aux États-Unis.

La capacité à anticiper les problèmes est si faible au sein du groupe qu'il existe un vrai risque de fuites ou d'explosions, ce qui nécessite "une attention urgente". BP fait en outre pâle figure pour ce qui est du traitement de l'information, faisant moins bien que ses principaux concurrents dont l'anglo-néerlandais Royal Dutch Shell.

BP affirme mener des opérations "sûres et fiables"

"Presque sept ans ont passé depuis la catastrophe de Deepwater Horizon et BP n'a pas changé dans son approche légère des aspects de sécurité", dénonce Charlie Kronick, un responsable britannique de Greenpeace, cité dans le communiqué.

Ces informations sont mises à jour au moment où BP tente de se relever après des années difficiles depuis la catastrophique marée noire dans le Golfe du Mexique en 2010 qui a occasionné un coût chiffré à plus de 60 milliards de dollars pour le groupe. Sa meilleure santé financière s'est traduite par une nette amélioration de son bénéfice net au troisième trimestre de 2016 et par l'annonce début décembre du lancement d'un nouvel investissement massif dans un projet de plateforme pétrolière dans le Golfe du Mexique.

Dans un communiqué transmis à l'AFP, BP se défend en estimant qu'il "est engagé dans des opérations sûres, fiables et conformes". "Ce rapport porte sur les améliorations dans la manière dont BP gère le traitement de données", écrit BP, indiquant que "ce n'est pas une analyse d'incidents opérationnels, et il est faux de suggérer que ce rapport montre que BP ne respecte pas ses engagements en termes de sécurité".

A.M. avec AFP