BFM Business

Aux États-Unis, Apple devient  fournisseur d'énergie

la firme de Cupertino a reçu toutes les autorisations nécessaires pour produire et vendre de l'électricité aux États-Unis. (image d'illustration)

la firme de Cupertino a reçu toutes les autorisations nécessaires pour produire et vendre de l'électricité aux États-Unis. (image d'illustration) - Ed Jones - AFP

Apple est désormais autorisé à vendre aux côtés de ses célèbres iMac, iPhone et autres iPad de l'électricité 100% verte provenant de sa ferme solaire de San Francisco.

Apple étend sa gamme de produits et de services. Mais, cette fois-ci, il n’est nullement question de la sortie d’un nouvel appareil frappé de la célèbre pomme ou de la mise sur le marché d’une nouvelle application. La firme de Cupertino (Californie) s'apprête à commercialiser, aux États-Unis, de l'électricité.

Depuis quelques jours, la société de Tim Cook détient officiellement le statut de fournisseur d'énergie. Un titre délivré à Apple par la Commission fédérale de régulation de l’énergie. Ce qui l’autorise, au même titre qu'EDF Inc (la branche américaine de l'électricien français), à injecter et à vendre de l’électricité sur le réseau national.

Pour rappel, Apple a investi en 2015 près de 850 millions de dollars (766 millions d’euros) dans la réalisation d’une ferme solaire à proximité de San Francisco.

L'énergie, nouvelle manne des "géants du web" ? 

Conformément à l'autorisation délivrée par la Commission fédérale de régulation de l'énergie, ce parc, d'une puissance installée de 150 mégawatts sera exploité, par Apple Energy LLC. La filiale de la société dédiée aux activités énergétiques.

Comme Apple, plusieurs autres entreprises de la Silicon Valley s'intéressent de près au secteur de l'énergie. Soit pour diversifier leurs activités et ainsi générer de nouveaux revenus, soit par souci écologique. Apple, Google ou encore Microsoft utilisent par exemple les nouvelles sources d'énergie (solaire, éolien ...) pour alimenter leurs datacenters et autres équipements énergivores. Ce qui leur permet de réduire leur empreinte carbone. 

La filiale d'Alphabet, qui investit massivement dans le secteur éolien, est même détentrice depuis 2010 d'une licence similaire à celle accordée à Apple.

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV