BFM Business

Alstom penche pour GE mais décidera le 2 juin

Alstom laisserait la porte ouverte à Siemens.

Alstom laisserait la porte ouverte à Siemens. - -

Le groupe français annonce ce mercredi matin avoir reçu une offre ferme de GE de 12,35 milliards d'euros pour sa branche energie. Il décidera le 2 juin après un examen "approfondi de l'offre" sans toutefois fermer officiellement la porte à Siemens. Un délai salué par Manuel Valls.

Le feuilleton Alstom va s'achever en principe le 2 juin. Alstom annonce ce mercredi matin avoir reçu une offre ferme de General Electric de 12,35 milliards d'euros pour sa branche Energie. L'Américain paierait totalement en numéraire ce rachat.

Un comité ad-hoc composé d'administrateurs indépendants rendra son verdict dans un mois. Mais Alstom se réserve le droit de répondre à d'autres offres non sollicitées, affirme le groupe. Il explique qu'il "donnera un accès équitable à l'information" si l'allemand Siemens dépose également une offre ferme. Celui-ci a d'ailleurs annoncé également ce matin qu'il proposait de céder ses métros en plus des trains à grande vitesse à Alstom en cas de rachat de sa branche énergie.

Manuel Valls a rapidement réagi. Sur France Inter ce matin, il a déclaré que "l'Etat français a été entendu" par Alstom qui n'a pas pris de décision immédiate en ouvrant des négociations exclusives avec GE.

"L'accélération brutale de ces derniers jours n'était pas acceptable et nous l'avons fait savoir, notamment par la voix du président de la République et d'Arnaud Montebourg, le ministre de l'Economie, aux acteurs", a ajouté le Premier ministre. "L'Etat aura son mot à dire" sur la vente, a d'ailleurs reconnu Patrick Kron, le PDG d'Alstom cité par l'AFP.

GE prêt à collaborer pour protéger le nucléaire

Hier soir, un conseil d'administration d'Alstom aurait "accueilli positivement" l'offre de General Electric, indique l'Américain dans un communiqué publié ce matin. Il ajoute que Bouygues, actionnaire d'Alstom à 29%, "soutient cette opération". Selon Patrick Kron, Bouygues resterait d'ailleurs actionnaire à environ 29% des activités transports après la cession de la branche énergie.

L'action Alstom devrait de nouveau être cotée ce mercredi comme le réclame l'Autorité des marchés financiers. A 9 heures, le titre Alstom prenait 12%.

"Nous pensons (que cette offre) est bonne pour eux (Alstom) et les employés", a déclaré Jeffrey Immelt, le patron de GE. "Elle est bonne pour GE, elle est bonne pour le pays", où "nous pensons que l'emploi net augmentera autour des actifs d'Alstom".

Dans une lettre à François Hollande et dont le contenu a été révélé, mardi, par plusieurs médias, General Electric a pris des engagements forts par écrit. Le groupe s'engage notamment, dans le cas où il rachèterait la branche énergie d'Alstom, à faire croître le nombre d'emplois en France et à implanter dans l'Hexagone les sièges mondiaux de ses activités réseaux, hydrauliques, éolien offshore et turbines vapeur.

En outre, l'entreprise américaine se dit aussi prête à étudier toute proposition d'acquisition de la part d'investisseurs français pour les activités éolien offshore et onshore d'Alstom.

"Nous sommes résolus à collaborer avec l'Etat, Areva et EDF afin de protéger ce secteur (nucléaire) et de préserver ses exportations", écrit Jeffrey Immelt, le PDG de General Electric, au chef de l'Etat.

J.M et P.C avec agences