BFM Business

Voyages-sncf.com vend plus de 20% de ses billets sur smartphones

Le site internet Voyages-sncf.com vise la première place en matière de tourisme "numérique" d'ici 2019 en Europe, selon son directeur général Franck Gervais.

Le site internet Voyages-sncf.com vise la première place en matière de tourisme "numérique" d'ici 2019 en Europe, selon son directeur général Franck Gervais. - Eric Piermont-AFP

"En 2015, l'activité du voyagiste en ligne a été tirée par ses ventes à l'international, à 763 millions d'euros (+6%) sur un chiffre d'affaires de 4,32 milliards (+3,1%). Voyages-sncf a vendu 83 millions de billets dont 18 millions sur mobile (+31%)."

Voyages-sncf.com surfe à la fois sur la vague du mobile et sur la progression de ses ventes à l'international. En 2015, le voyagiste a réalisé un volume d'affaires total de 4,32 milliards d'euros, en hausse de 3,1%. Au total, 83 millions de billets ont été vendus, dont 18 millions sur mobile (+31%). Pour le voyagiste, le smartphone est devenu un outil clé pour la préparation du voyage de l'internaute, même si celui-ci ne convertit pas toujours sa consultation sur mobile par un acte d'achat en ligne.

Soucieux de choyer ses clients accros à leur smartphone, Voyages-sncf a passé un accord avec Facebook. Ceux qui utilisent déjà l'application Messenger peuvent désormais choisir de recevoir directement par cette messagerie mobile, la confirmation de leur réservation et échanger des messages instantanés en mode chat avec le service client du voyagiste, grâce aussi à la coopération technique de la société française iAdvize.

Concernant les grandes masses de son activité, la croissance a été tirée en 2015 par l'international avec un volume d'affaires de 763 millions d'euros (+6%). Un résultat obtenu en dépit de l'impact des attentats "qui équivaut par ailleurs à un point de croissance", selon Franck Gervais, directeur général de Voyages-sncf.com, qui présentait les résultats 2015 de la filiale de la SNCF.

Le voyagiste mise sur l'essor du tourisme numérique

Cette activité est alimentée par ses ventes de billets de trains à des touristes étrangers désireux de visiter l'hexagone, sachant que le voyagiste en ligne vend aussi du bus et du train en Europe, comme les billets de la Deutsche Bahn. Sur le marché de la vente en ligne de billets de trains en Europe, Voyages-sncf rencontre déjà les ambitions internationales de son jeune rival Captain Train, renforcé par son rachat récent par le britannique Trainline.

Son activité à l'étranger en 2015 a aussi été marquée par l'ouverture d'une filiale en Chine à Shanghai et le renforcement des positions du site en Australie et en Nouvelle-Zélande, avec le rachat de Rail Plus.

Pour asseoir son positionnement en Europe, la filiale de la SNCF mise sur l'essor du tourisme "numérique" même si sa stratégie dans le domaine a connu en 2015 quelques péripéties, liées à l'annulation à la hâte d'un accord avec Airbnb, qui avait fait bondir les hôteliers. Pour se développer, la filiale a travaillé avec plus d'une trentaine de start-up et compte recruter plus de 100 ingénieurs en 2016.

Parmi les premières concrétisations de cette ambition, Franck Gervais a présenté le lancement commercial de "Mon Voyage". Ce compagnon numérique escorte le client via un espace en ligne dédié depuis sa réservation (météo sur place) jusqu'après l'arrivée (offre de restaurants, hôtels, etc).

Frédéric Bergé