BFM Business

Une usine chinoise ouvre ses portes en France pour vendre… Uniquement aux Chinois

La marque de cosmétiques Dowell et Yidai vient d'inaugurer une usine en France avec l'ambition de n'adresser ses produits qu'à son marché domestique. Une stratégie Made in France savamment orchestrée.

Le Made in France est-il toujours un argument de vente pour les entreprises asiatiques et plus spécifiquement pour les sociétés chinoises?

Si l'on se penche sur la récente implantation de la marque chinoise de cosmétiques Dowell et Yidai, il semblerait que 'oui'. De fait, cette dernière vient en effet d'ouvrir ses portes non loin de Lyon. Un choix qui se révèle hautement stratégique, notamment parce que la région lyonnaise est reconnue en tant que pôle d'expertise dans le domaine cosmétique et que cette renommée justement est en train de dépasser les frontières européennes.

Made in France chinois

Maintenant que la firme Dowell et Yidai est implantée en France, elle pourra, par la suite, revendiquer cette expertise Made in France sur son marché domestique. Et c'est bien là l'objectif de la manœuvre…

Fabriquer des produits 100% bio, naturels, mais surtout 100% Made in France. Un gage de qualité, mais qui surtout fait vendre. Ce d'autant plus que lorsqu'il s'agit de produits de luxe, l'inclinaison des marchés asiatiques, notamment celle du marché chinois s'avère incontestable.

Aujourd'hui, la Chine constitue le principal levier du marché mondial du luxe. Une étude du cabinet Bain & Co publiée l'an passé sur le secteur en atteste. D'ici fin 2019, la croissance du secteur en Chine pourrait bien avoir enregistré une hausse de 18 à 20%, à taux de change constant, prévoit le cabinet. Et ce, dans un marché du luxe au sein duquel "les consommateurs chinois insufflent une tendance de croissance positive à travers le monde. Entre 2015 et 2018, leurs achats en Chine continentale ont apporté au marché mondial une croissance 2 fois supérieure à celle de leurs achats à l’étranger", détaille Bain & Co.

8 millions de revendeurs asiatiques

Conscient de ce qui se joue, le groupe chinois Dowell et Yidai a ainsi investi pas moins de 6 millions d'euros dans ce projet d'implantation. Il envisage, par ailleurs, de créer 80 postes. Il a même l'intention d'organiser des visites et des formations dans la région pour ses 8 millions de revendeurs asiatiques. Histoire de promouvoir d'autant plus sa stratégie Made in France, son principal argument de vente.

Julie Cohen-Heurton avec Hélène Cornet