BFM Business

Thomas Cook: le tourisme "a subi une mutation" et certains n'ont pas "pris le virage" (Alain de Mendonça, Promovacances)

Pour Alain de Mendonça, PDG du groupe Promovacances invité sur BFM Business, l'arrivée des compagnies aériennes 'low-cost' a bousculé le marché du tourisme.

Alain de Mendonça, PDG du groupe Promovacances, était l'invité de l'émission Inside sur BFM Business. Le voyagiste est revenu sur la chute du plus ancien voyagiste du monde, le groupe britannique Thomas Cook, qui s'est déclaré en faillite dans la nuit de dimanche à lundi.

"Le marché a subi une mutation. Certains ont pris le virage, d'autres pas. Il faut savoir que le modèle historique du tour-operating était d'affréter les avions (…) et de louer les hôtels, et de composer les deux, avec le bus pour accueillir les clients à l'aéroport, et de proposer un package tout compris. Depuis dix ans, il y a un phénomène majeur dans le paysage aérien européen, c'est l'arrivée des 'low-cost'. Ryanair, Easyjet, Vueling, Transavia, et beaucoup d'autres", estime Alain de Mendonça.

Entreprises sous tension

"Nous, par exemple, dans notre société, nous avons fait un choix (…). Plutôt que d'être en concurrence avec ces gens-là, on s'appuie sur leur force (…) pour en faire une force pour nous-même. On a développé une technologie (…) qui va tous les soirs récupérer sur les systèmes informatiques de ces partenaires les tarifs et les sièges qui ont le prix le plus intéressant, qu'on recompose avec notre savoir-faire (…)", poursuit-il.

"Les opérateurs qui n'ont pas fait ce choix, de miser massivement sur cette technologique de 'package dynamique', qui continuent à travailler à l'ancienne, avec leurs vols affrétés, sont aujourd'hui extrêmement sous tension, et à un moment donné la tension devient telle que l'entreprise casse", assure Alain de Mendonça.

J. B.