BFM Business

TF1 contre Canal+: le CSA se propose comme arbitre

Le CSA propose de jouer le médiateur entre TF1 et les opérateurs.

Le CSA propose de jouer le médiateur entre TF1 et les opérateurs. - Thomas Samson - AFP

Le gendarme de l'audiovisuel a appelé ce mardi TF1 et Canal+ à trouver un accord au plus vite sur les droits de diffusion des chaînes gratuites du groupe Bouygues, et se propose comme médiateur.

Le CSA a appelé mardi TF1 et Canal+ à résoudre au plus vite leur conflit, qui a conduit Canal+ à cesser de diffuser TF1 via sa box, en rappelant qu'il était à la disposition des deux groupes pour leur servir de médiateur.

"Notre souhait le plus vif au CSA, c'est que ça débouche au plus vite pour l'intérêt du téléspectateur", a déclaré à des journalistes Nicolas Curien, président par intérim du Conseil supérieur de l'audiovisuel en l'absence du titulaire Olivier Schrameck.

"On ne peut pas les contraindre à un dialogue puisqu'il s'agit d'une relation privée entre acteurs", a rappelé le responsable, ajoutant que "nous avons fait une offre de médiation mais pour l'instant nous n'avons pas été saisis dans ce sens". 

Alors que jusqu'à présent les opérateurs recevaient la totalité des recettes des abonnements tandis que les chaînes se rémunéraient grâce aux publicités, "aujourd'hui il y a une tentative de renégociation de ce partage de la valeur notamment de la part de TF1", et "lorsqu'on change le statu quo, c'est normal qu'il y ait sinon des conflits, des négociations", a relevé le responsable.

Mais "si derrière Canal+, Free et Orange coupaient le signal de la première chaîne, ce serait quand même plusieurs millions d'usagers qui seraient privés de leur moyen habituel de recevoir TF1 et nous considérons qu'il faut que la situation aboutisse au plus vite" pour éviter un tel scénario, a également souligné Nicolas Curien.

N.G. avec AFP