BFM Business

Sony rachète Beyonce, Pharell Williams et Queen

Sony possèdera bientôt 90% d'EMI Music, dont le catalogue contient notamment des titres de Queen B.

Sony possèdera bientôt 90% d'EMI Music, dont le catalogue contient notamment des titres de Queen B. - Valerie Macon - AFP

Le groupe japonais va racheter pour près de 2 milliards de dollars EMI Music, dont le catalogue compte plus de deux millions de titres et des têtes d'affiches parmi les plus grands vendeurs de disques de tous les temps.

Les tubes de Kanye West, Queen, Pink, Pharell Williams, mais aussi Beyonce ou encore David Bowie: Avec EMI Music Publishing, dont Sony a annoncé ce mardi avoir obtenu un accord de rachat, le groupe japonais s'offre un très prestigieux catalogue.

Plus de deux millions de titres des artistes parmi les meilleurs vendeurs de musique de l'histoire. Sony, déjà à la tête d'un très riche catalogue musical de 2,3 millions de chansons, dont celles des Beatles, devient ainsi le premier éditeur de musique du monde.

Le plus gros rachat de l'histoire de l'industrie

Le montant de la transaction, lui aussi, marque un record: le japonais va débourser 1,9 milliard de dollars (1,6 milliard d'euros) pour acquérir le compagnie d'édition musicale dont le chiffre d'affaires atteint 663 millions de dollars. Si les autorités de la concurrence donnent leur accord, Sony pourra ainsi revendiquer le plus onéreux rachat de l'industrie musical.

Le géant japonais détenait déjà une part minoritaire dans EMI via une de ses filiales. Après avoir signé un accord avec le fonds d'investissement Mubadala, basé à Abou Dhabi, pour lui racheter sa part de 60%, il peut devenir seul maître à bord. "À l'issue de la transaction, Sony possèdera indirectement environ 90%" d'EMI Music Publishing", a précisé le groupe dans un communiqué.

Rentabiliser les accords avec Spotify et Apple

"Je suis ravi que EMI Music Publishing rejoigne notre famille et de maintenir ainsi notre position de numéro un dans l'industrie musicale", a déclaré le nouveau patron de Sony, Kenichiro Yoshida, cité dans un communiqué.

Le marché "a connu une renaissance ces dernières années, essentiellement sous l'effet de la hausse des services de streaming", a ajouté Kenichiro Yoshida. Sony, qui a noué des accords avec Spotify, Apple Music, YouTube et même Facebook compte sur la croissance rapide de ces canaux d'écoute pour rentabiliser au mieux son achat.

Pour le nippon, cette opération représente "un jalon important pour notre croissance de long terme". Le groupe consolide ainsi un cycle d'expansion après des années difficiles et de nombreuses restructurations menées sous la houlette de son précédent PDG, Kazuo Hirai, qui vient de passer le relais. La firme affiche actuellement une belle santé, symbolisée par des bénéfices record l'an dernier.

Y.D. avec AFP