BFM Business

Radio France profite de ses bonnes audiences

France Inter ne modifie quasiment pas sa grille

France Inter ne modifie quasiment pas sa grille - -

Les stations du groupe, dont les audiences progressent ou sont stables, ne modifient quasiment pas leur grille de rentrée.

Rentrée dans la continuité à Radio France. La quasi-totalité des stations du groupe bénéficient d'audiences stables ou en légère progression, et ont donc décidé de ne quasiment rien changer dans leur grille. Ainsi, sur France Inter, la seule innovation notable est l'arrivée de Frédéric Lopez, pour un talk-show de 11h00 à 12h30.

Toutefois, le PDG Jean-Luc Hess a admis avoir "un souci" avec Le Mouv', dont l'audience "n'est pas celle attendue". Entre avril et juin, la radio ciblant les jeunes a enregistré une audience cumulée de 0,4%, stable sur un an, mais divisée par deux par rapport à 2009 (0,9%) et seulement au quart de l'objectif assigné pour 2014 (1,5%).

Autre inquiétude pour le PDG: sa nomination en 2009 par Nicolas Sarkozy, et le projet du nouveau gouvernement de revoir le mode de nomination des patrons de l'audiovisuel public. "Le gouvernement n'est pas illégitime pour modifier ce mode de nomination", a assuré Jean-Luc Hees, affirmant "ne pas avoir d'avis" sur le sujet.

Dernière préoccupation: la rotation des cadres, qui voit partir des dirigeants nommés par Jean-Luc Hees lui-même, comme Marc-Olivier Dupin (directeur de France Musique), Anne Brucy (directrice de France Bleu), et dernièrement Patrick Collard (directeur général délégué soit n°2 du groupe). Ce dernier sera remplacé à titre transitoire par la directrice financière Lucie Muniesa. Last but not least, le directeur général adjoint chargé du chantier de la Maison de la Radio, Christian Mourougane, est lui aussi parti en juillet. Laconique, le PDG a expliqué ces départs par des "divergences".

Concernant la radio numérique terrestre, le PDG s'y est déclaré toujours favorable: "J'ai demandé au gouvernement à ce que l'on ne tue pas le bébé", et que le projet soit mis en sommeil seulement "pour l'instant".

En revanche, il a fait part de son opposition à la mesure automatique de l'audience de la radio, qu'il ne juge pas fiable: "Je n'ai pas mon téléphone portable dans ma salle de bains le matin, ça dit tout" (la mesure automatique utilise un capteur qui serait inséré dans les téléphones portables). Selon lui, cette nouvelle mesure "déstabiliserait le marché", et est réclamée par des radios "pas très en forme". Toutefois, il a dit "ne pas être fermé à des expérimentations".

Jamal Henni