BFM Business

Pourquoi Vivendi cède 85% de ses parts dans Activision Blizzard

La vente d'Activision est une étape dans la scission que projette Vivendi.

La vente d'Activision est une étape dans la scission que projette Vivendi. - -

Le groupe français a annoncé, vendredi 11 octobre, avoir finalisé la cession de 85% de ses parts dans sa filiale spécialisée dans les jeux vidéo. Elle retrouve ainsi des marges de manœuvre financières.

C'est une façon pour Vivendi de se donner de l'oxygène. Vendredi 11 octobre, le groupe français a annoncé avoir finalisé la vente de 85% de ses parts dans sa filiale spécialisée dans les jeux vidéos, Activision Blizzard.

Une cession qui représente "un pas majeur dans notre revue stratégique", estime le groupe dans un communiqué. Elle a surtout rapporté à l'entreprise un pécule de 8,5 milliards de dollars, soit 6 milliards d'euros. Une manne qui lui donne "une plus grande flexibilité financière au moment où le groupe étudie un projet de scission de nature à générer une création de valeur significative pour ses actionnaires", poursuit le communiqué.

Vivendi a, en effet, annoncé en septembre dernier sa volonté de se couper en deux, séparant les activités médias (Canal Plus, Universal) des télécoms (SFR). Cette scission devrait être actée au printemps 2014.

Diminuer la décote de holding

Ce tournant stratégique doit permettre au cours de Bourse de remonter. Comme beaucoup de groupe diversifié dans plusieurs activités, Vivendi souffre d'une "décote de holding", c’est-à-dire que le groupe est moins valorisé dans son ensemble que chacune de ses activités prises à part. Cette scission doit ainsi permettre de réduire cette décote et ainsi créer de la valeur pour ses actionnaires.

L'opération se confrontait toutefois à un problème assez complexe: la répartition de la lourde dette. La vente d'Activision Blizzard, en plus d'apporter de l'argent frais, permet, en partie, de résoudre cette équation.

La machine à cash Activision

Quitte pour Vivendi à délaisser un de ses meilleurs actifs. L'éditeur de jeu vidéo, à qui l'on doit les séries Warcraft ou Call of Duty, était la principale vache à lait de Vivendi. Chaque année, Activision génére presque un milliard de dollars de cash. A fin mars 2013, près des trois-quarts des 4,3 milliards d'euros de trésorerie affichés par Vivendi à fin mars provenait de cette société.

Vivendi va toutefois garder une participation ultra-minoritaire dans Activision de 12%, ce pendant au moins 15 mois. Jusque-là, le groupe français détenait environ 60% de l'éditeur de jeux vidéos.

Julien Marion