BFM Business

Luc Besson inaugure sa première salle de cinéma

Des sofas sont proposés au premier rang et des mini-loges au fond

Des sofas sont proposés au premier rang et des mini-loges au fond - -

EuropaCorp inaugure mercredi 16 octobre son premier multiplexe à Aéroville, près de Roissy, qui a nécessité 12 millions d'euros d'investissement. Un autre suivra à Marseille fin 2015.

Depuis plusieurs années, Luc Besson voulait se lancer dans l'exploitation de salles de cinéma. C'est désormais chose faite. Son premier multiplexe a été inauguré ce mercredi 16 octobre. Il se situe dans le centre commercial d'Aéroville, près de Roissy, inauguré simultanément.

Au menu: 12 salles de cinéma, avec 2.400 fauteuils parfois originaux: des sofas au premier rang ou des mini-loges au dernier rang. Deux petites salles proposent même un service de luxe avec des sièges digne de la première classe d'un avion, où l'on vous apporte vos rafraîchissements à votre place.

Concurrence d'UGC

La place est vendue de 10 à 25 euros -pour ce dernier prix est inclus une coupe de champagne avec du saumon et du tarama de la maison Petrossian. "Le prix de la place n'est plus unique, mais dépend de la salle, du fauteuil et de la prestation", a expliqué le directeur général Christophe Lambert.

Pour EuropaCorp, l'investissement total se monte à 12 millions d'euros, avec un équilibre d'exploitation au bout de deux ans. "Le point mort se situe à 700.000 entrées", a indiqué Christophe Lambert.

Mais visiblement, Luc Besson n'est pas le seul à être attiré par cette zone. UGC lui aussi s'est lancé dans la construction d'un multiplexe concurrent à 6 kilomètres de là.

Quatre ans de retard

Prochaine étape: Marseille, où EuropaCorp construit dans l’îlot Euromed Center un multiplex sur le même modèle, avec 3.000 fauteuils répartis dans 15 salles. L'ouverture est prévue "fin 2015", avec quatre ans de retard sur le calendrier inital, le projet ayant été retardé par divers recours. Le coût pour EuropaCorp devait se situer entre 5 et 8 millions d'euros. Les autres investisseurs envisagés sont la Caisse des dépôts et la SCI Euromarseille M (Prédica et Foncière des Régions).

Au total, le studio de Luc Besson veut ouvrir 8 à 10 multiplexes d'ici 2020. "On vise les périphéries", explique Christophe Lambert.

"L'auberge est bonne"

En se diversifiant dans l'exploitation de salles, EuropaCorp veut s'assurer de revenus plus réguliers que la production de films. Début jullet, Christophe Lambert expliquait: "il n'y a pas trop de risques si on choisit bien l'emplacement. L'auberge est bonne si j'en crois les efforts déployés par nos concurrents pour nous empêcher de rentrer. Mais il y a des barrières à l'entrée considérables, car la France protège la rente. Tous les exploitants sont français, les étrangers ont renoncé".

Un temps, EuropaCorp a envisagé un rapprochement avec UGC ou Gaumont, mais plus aujourd'hui. Racheter un réseau de salles "serait trop compliqué et trop cher, a expliqué Christophe Lambert. Un mouvement capitalistique auour des salles est probable, mais ne nous intéressera pas forcément. Car les cinémas Gaumont Pathé et UGC ont un parc veillissant, dirigé par des gens qui ont un certain âge..." Guy Verrecchia (72 ans), Jérôme Seydoux (79 ans) et son frère Nicolas (74 ans) apprécieront...

Jamal Henni