BFM Business

Le Dakar, le rallye qui sait bien se vendre

L'édition 2014 du Dakar s'élancera de Rosario, en Argentine le 5 janvier

L'édition 2014 du Dakar s'élancera de Rosario, en Argentine le 5 janvier - -

Le célèbre rallye s'élancera de Rosario, en Argentine, dimanche 5 janvier. Plus qu'une épreuve sportive, la "marque Dakar" génère un business considérable et laisse peu de place à ses concurrents.

Plus que l’épreuve sportive en elle-même, c’est le label Dakar qui fait recette. Et peu importe que la course se déroule au Sénégal, au Pérou, ou en Argentine. Son prestige tient en un mot.

Preuve en est l’empressement des pays hôtes à se porter de nouveau candidats pour cette édition 2014, malgré une contribution au titre des frais d’organisation conséquente. Elle était de 4 à 5 millions de dollars par pays en 2013.

Il faut dire que les retombées économiques sont également au rendez-vous : près de 300 millions de dollars pour l’ensemble des pays traversés, selon les chiffres d’Amaury Sport organisation (ASO), l’organisateur de la course.

"Le Dakar a été l’action de promotion touristique la plus importante de toute l’histoire de l’Argentine depuis la Coupe du monde de football de 1978", avait ainsi déclaré Enrique Meyer, secrétaire d’Etat au tourisme en Argentine, en 2009. Sa diffusion télé dans près de 200 pays, et le milliard de spectateurs potentiel n'y sont sans doute pas étrangers.

Colère du Sénégal

La délocalisation en Amérique latine, pour raisons de sécurité, a ainsi privé le Sénégal d’une manne non négligeable. Mais c’est l’utilisation de l’appellation Dakar qui a provoqué la colère des autorités locales : "je trouve scandaleux qu'on utilise le nom "Dakar" pour un rallye qui se fait hors de Dakar et qui ne rapporte rien au pays", fulminait ainsi Youssou N’dour, le ministre sénégalais en charge du Tourisme, en janvier dernier.

"'Dakar' est une marque déposée. Il y a bien un parfum 'Paris'", lui avait alors répondu Etienne Lavigne, le directeur du rallye-raid Dakar.

Surtout qu’un autre rallye se déroule toujours sur les terres africaines, à la même époque. Avec un parcours similaire, l’Africa Eco Race se veut la course des nostalgiques du "vrai" Dakar. Mais sans l’appellation, difficile d’attirer sponsors et concurrents.

D’autant que la communication autour de l’épreuve est quasi verrouillée. L’Equipe, le quotidien sportif français de référence, appartient au groupe Amaury, de même que Le Parisien.

Quant à la direction de France Télévisions, elle n’a guère d’autre choix que de diffuser le Dakar d’ASO. Les droits TV de la course sont, en effet, couplés à ceux du Tour de France, que le groupe public ne veut absolument pas perdre.

Yann Duvert