BFM Business

Financement du cinéma: Filippetti veut ajuster le modèle, pas le changer

Le producteur Vincent Maraval a animé les débats en défendant sa tribune au vitriol

Le producteur Vincent Maraval a animé les débats en défendant sa tribune au vitriol - -

La ministre de la Culture apporte son soutien à un "système vertueux", et évoque des modifications à la marge.

Merci de laver votre linge sale en famille. Tel est le message qu'a délivré, mercredi 23 janvier, Aurélie Filippetti aux profesionnels du cinéma. "Il faut faire attention à ce que les discussions ne soient pas instrumentalisées" par "des gens à l'extérieur qui n'aiment pas forcément le cinéma", a plaidé la ministre de la Culture, se souvenant de "discussions face à des membres de la commission des finances".

Le président du Centre national du cinéma (CNC) Eric Garandeau a tenu le même discours: "il faut sortir d'une forme de déballage, qui ne sert pas nos intérêts", et qui "ne grandit pas l'image" du 7ème Art.

Annonce de mesurettes

Tous deux s'exprimaient lors des "Assises pour la diversité du cinéma" organisées mercredi, et destinées à éteindre l'incendie allumé par la tribune du producteur Vincent Maraval dénonçant les cachets trop élevés des stars. Ces assises visent à "faire progresser notre cause", a expliqué Eric Garandeau, louant les mérites "d'un système fondamentalement sain". Sur la même longueur d'onde, Aurélie Filippetti a vanté "un système de régulation vertueux". "Ces assises ont permis de réaffirmer la pertinence et l’efficacité du modèle", a déclaré le ministère.

Ceux qui attendaient une remise en question du "modèle" français sont donc restés sur leur faim. "Vous avez convenu que le système a besoin de réglages et d'améliorations", a dit la ministre, évoquant seulement "une modernisation et une clarification des dispositifs".

Sur le fond, elle n'a annoncé que des "mesurettes". D'abord, elle a commandé "un document pédagogique" expliquant aux profanes le modèle français. Ensuite, elle a demandé au CNC de réaliser une étude sur la rentabilité des films -la dernière datait de 2004... Enfin, elle va mettre en place "un groupe de suivi" qui réfléchira "aux ajustements nécessaires".

Pour le reste, "certains sujets relèvent de l'auto-régulation professionnelle", comme "le calibrage du salaire des acteurs". Autrement dit, le gouvernement ne se mêlera pas de ce sujet qui fâche...

Jamal Henni