BFM Business

Courrèges perd ses deux directeurs artistiques

Le duo Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant, arrivé en 2015, quitte la direction artistique de Courrèges.

Le duo Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant, arrivé en 2015, quitte la direction artistique de Courrèges. - Bertrand Guay - AFP

Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant, qui ont largement participé au retour en grâce de la belle endormie Courrèges, ont annoncé leur départ conjointement avec la marque ce jeudi. Ni les uns ni les autres ne disent pourquoi ils partent ni ce qu'ils vont faire.

Les étoiles montantes de la mode, le duo Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant, quittent Courrèges. La Maison et les deux créateurs ont annoncé la fin de leur collaboration ce jeudi. Les deux fondateurs de la marque Coperni, qu'ils avaient mise en sommeil en 2015 pour prendre la direction artistique de Courrèges, auront brillamment réveillé la griffe fondée en 1961 par André et Coqueline Courrèges.

Tous deux avaient été recruté il y a deux ans par un autre duo: les ex-publicitaires Jacques Bungert et Frédéric Torloting, qui avaient racheté la marque phare de la génération yéyé, alors belle-endormie, en 2011. Meyer et Vaillant, qui venaient de remporter le prestigieux prix de l'Andam, et figuraient parmi les finalistes du LVMH Prize, avaient abandonné le concours et leur propre marque pour venir chez Courrèges. Ce faisant, ils avaient amené les fans de Coperni vers Courrèges -un peloton de jeunes fashion victimes qui ne juraient plus que par leur marque minimaliste créée en 2013 - et leur réseau du monde de la mode.

La marque recommence à créer et à défiler

Sous leur direction artistique, la marque a recommencé à défiler, et à produire non plus deux collections par an, mais quatre. Deux pré-collections bien plus vendables que les deux collections "vitrines" et leurs modèles très élaborés. "Celles sur lesquelles on se fait de l'argent", explique une connaisseuse de la marque.

Avant leur arrivée, "il n'y avait plus vraiment de création: les stylistes en interne reprenaient les archives et changeaient simplement le tissu des modèles". Meyer et Vaillant, eux, inventent, lancent des vêtements connectés, des doudounes chauffantes, retrouvent l'esprit innovant et moderniste des fondateurs. Le duo qui, pendant deux ans, n'a jamais quitté le bureau avant minuit a également apporté son génie du story-telling -comme avec le livre racontant leur première année chez Courrèges, le "Marfabulous Courrèges Book", conçu avec la fondatrice du Marfa Journal. Et sa maîtrise parfaite de la communication sur les réseaux sociaux.

C'est ainsi qu'en mars, au lieu d'un traditionnel défilé, la marque a présenté sa nouvelle collection via une conférence de presse diffusée en streaming. En face, les chroniqueuses de mode sont conquises. "Une fois de plus le duo Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant parvient à perpétuer l’âme de la maison", s'enthousiasmait Vogue qui louait la "haute technicité de coupes et matières garantissant le profil le plus haut et structuré". Vogue dont déjà l'année précédente, la toute-puissante rédactrice en chef, Anna Wintour, s'était rendue en personne au studio de création Courrèges admirer la collection automne-hiver 2017 en avant-première.

Alors que les deux stylistes retrouvent leur liberté, la marque a changé de visage. En janvier 2016, la famille Pinault, propriétaire de Kering, a annoncé en avoir pris 30% du capital via sa holding Artemis. Le chiffre d'affaires, qui s'était réduit à 7,6 millions d'euros en 2010 en France, a dépassé les 20 millions. Le nombre de modèles a été multiplié par sept depuis le rachat en 2011, le nombre de points de ventes a décuplé et l'atelier de Pau n'a jamais compté autant de petites mains.

Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant n'ont pas précisé les raisons de leur départ. Pas plus que leurs intentions pour la suite. On ignore également qui va leur succéder chez Courrèges. "Une nouvelle organisation créative sera annoncée ultérieurement par le président de la marque, François le Ménahèze, nommé en avril 2017", indique le communiqué de la marque.

Nina Godart