BFM Business

Comment TF1 réduit discrètement ses effectifs

En trois ans, 814 départs ont eu lieu, dont 221 via des transactions

En trois ans, 814 départs ont eu lieu, dont 221 via des transactions - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

L'effectif de la Une, après avoir atteint un plus haut en 2011, diminue depuis. La chaîne a gelé les recrutements et fait partir ses salariés en toute discrétion, sans plan social mais à coup de chèques.

TF1, comme toutes les sociétés du groupe Bouygues, veut se donner l'image d'une entreprise sociale qui soigne ses salariés. En réalité, la Une, rattrapée la crise, a dû se résoudre à alléger ses effectifs.

En trois ans, 814 départs ont ainsi eu lieu (hors CDD), selon les chiffres figurant dans les rapports annuels. Le taux de départ parmi les CDI est ainsi passé de 5,6% en 2009 à 8,5% en 2013.

Mais cela s'est fait en toute discrétion. En effet, aucun plan social n'a été mené, hormis un plan de sauvegarde de l'emploi de 26 postes chez TF1 Vidéo.

Départs en toute discrétion

La Une a préféré utiliser d'autres méthodes. Le détail des chiffres (cf. ci-dessous) montre une forte croissance en 2012 des ruptures conventionnelles, qui ont visiblement été le moyen privilégié.

Dans le rapport annuel 2012, il est même indiqué: "TF1, pour maîtriser sa masse salariale, a souhaité accompagner financièrement certains collaborateurs ayant des projets professionnels en dehors du groupe".

"Les ruptures conventionnelles sont bien plus souples qu'un plan social, car la direction peut choisir qui part. Il y a visiblement une liste pré-établie car la direction contacte certains salariés, mais refuse d’autres candidats au départ", expliquait un employé de TF1 il y a un an.

Toutefois, multiplier les ruptures conventionnelles présente un risque juridique: que cela soit ensuite requalifié en licenciement. Mais le porte-parole de TF1 assure: "il n'y a eu aucune requalification de rupture conventionnelle en licenciement, ni remarque de l'inspection du travail sur ce point". Le porte-parole ajoute que les ruptures conventionnelles ont ensuite fortement diminué en 2013.

Chèque attractif

Mais l'an dernier, ce sont les licenciements qui ont fortement augmenté. Toutefois, "sur les 154 licenciements opérés en 2013, 44 sont des licenciements économiques. Le reste des licenciements a été en 2013 au même niveau que les années précédentes", souligne le porte-parole.

Au total, les 814 départs en CDI réalisés entre 2011 et 2013 se répartissent entre des licenciements (324), des démissions (269), et des ruptures conventionnelles (221).

Financièrement, les chèques proposés étaient particulièrement attractifs.

En effet, selon les accords d'entreprise, tout licencié reçoit au minimum un mois de salaire pour trois ans d'ancienneté. Mais, pour l'essentiel des salariés (ceux de maison-mère TF1 SA et de la régie TF1 Publicité), la somme grimpe à un mois de salaire par année d'ancienneté pour les 12 premières années (et 75% sur les 8 années suivantes). A cela s'ajoutait une prime de 6 à 18 mois de salaire.

Enfin, "les indemnités de départ versées dans le cadre de demandes de ruptures conventionnelles ont été calculées comme des indemnités de licenciement", indique le rapport annuel.

L'effectif diminue de 359 CDI en deux ans

Parallèlement à ces départs, les embauches ont été quasi-gelées. Résultat: l'effectif, après avoir atteint un plus haut en 2011, baisse désormais. En deux ans, il a diminué de 359 CDI.

Le porte-parole souligne: "les départs ne sont pas remplacés dans la mesure du possible, ce qui participe d’une gestion saine de la masse salariale".

De son côté, le PDG Nonce Paolini avait déclaré le 11 septembre 2012: "il n'y a pas de plan social -à part celui conduit à TF1 Vidéo-, pas d'incitation au départ, pas de guichet. Mais les recrutements sont bloqués, et les départs ne sont pas remplacés".

L'évolution des effectifs

|||

Départs via ruptures conventionnelles
2009: 40
2010: 59
2011: 74
2012: 104
2013: 43
2014: 36
2015: 30

Départs via licenciements
2009: 88
2010: 96
2011: 78
2012: 92
2013: 154
2014: 83
2015: 77

Départs via démissions
2010: 101
2011: 98
2012: 89
2013: 82
2014: 48
2015: 61

Effectif CDI
Fin 2009: 3638
Fin 2010: 3798
Fin 2011: 3810
Fin 2012: 3680
Fin 2013: 3451 / 2764*
Fin 2014: / 2693*
Fin 2015: / 2567*
Mi-2016: / 2529*
Fin septembre 2016: 2864**

*sans Eurosport
**sans Eurosport et avec Newen

Source: rapports annuels de TF1, base: CDI en France

Jamal Henni