BFM Business

Bazin (Accor) refuse une "bataille frontale" avec des sites comme Booking

Sébastien Bazin, invité de Good Morning Business ce mercredi 28 mai.

Sébastien Bazin, invité de Good Morning Business ce mercredi 28 mai. - -

Sébastien Bazin, le PDG d'Accor, était l'invité de BFM Business ce mercredi 28 mai. Il est revenu notamment sur la décision d'Arnaud Montebourg d'assigner en justice le site de réservation en ligne Booking.

Sébastien Bazin veut rester vigilent. Le PDG d'Accor, invité de BFM Business ce mercredi 28 mai, est revenu sur l'assignation en justice du site Booking par Arnaud Montebourg. "Il faut regarder l'intérêt du client, il veut le prix le moins cher le plus rapidement possible".

C'est pourquoi, il comprend que le ministre de l'Economie les surveille, reste attentif mais il ne trouve pas que la solution d'une procédure judiciaire soit bonne. "Ce sont nos partenaires, ne les traitons pas en adversaires".

Il refuse de rentrer dans une bataille frontale et préconise plutôt une adaptation. "Nous avons vécu deux révolutions numériques avec les sites de voyages il y a 12 ans et les comparateurs de prix il y a 5 ans. Peut-être que la troisième a déjà commencé avec AirBnB. Et il y aura une quatrième, une cinquième …".

Le PDG d'Accor veut anticiper. Il est conscient que le client ne cherche plus seulement une bonne literie et une sécurité. L'affectif est entré en ligne de compte. Il veut être reconnu, attendu, accueilli.

Rachat de murs

Par ailleurs, le groupe hôtelier a annoncé, mardi 27 mai, le rachat des murs de 97 hôtels en Europe (12.878 chambres), à travers HotelInvest, son pôle chargé de la propriété immobilière, pour un montant global de 900 millions d'euros.

A travers cette opération, Sébastien Bazin veut remettre en avant le métier d'investisseurs. "Ces opérations constituent un signe fort de notre capacité à mettre en oeuvre rapidement la stratégie de restructuration du portefeuille d'HotelInvest. Elles répondent en tout point à nos critères sélectifs de rachats d'actifs: des hôtels situés dans des villes clés en Europe, générant d'excellentes performances opérationnelles, sur les segments les plus rentables de notre offre", avait-il déclaré mardi.

Selon le groupe, ces deux acquisitions auront un effet sur le résultat d'exploitation d'Accor dès 2014. La contribution des hôtels en propriété d'HotelInvest à la rentabilité opérationnelle de l'ensemble du groupe "augmentera d'environ 14 points, pour atteindre 68%", a-t-il déclaré.

D. L. avec AFP