BFM Business

Attentat à Nice: le secteur du tourisme touché

Chaque année, 5 millions de touristes viennent visiter Nice.

Chaque année, 5 millions de touristes viennent visiter Nice. - Valéry Hache - AFP

La ville est la deuxième destination touristique de France. Le drame qui vient de la frapper en ce début d'été risque de décourager durablement les touristes, comme ce fut le cas à Paris.

Lieu incontournable de toute visite sur la Côte d'Azur, la promenade des Anglais à Nice a été le théâtre d'un terrible attentat jeudi soir. La municipalité a décidé d'interdire toute circulation et de fermer l'accès aux plages, pour une durée indéterminée. Mais une fois les lieux rouverts, les touristes risquent de ne pas être nombreux à arpenter cette allée bordée de ses mythiques palmiers, où se pressent commerces, restaurants, hôtels et casino.

Or le tourisme est une ressource économique essentielle pour la ville. C'est en effet la deuxième ville touristique de France, juste derrière Paris. Elle accueille chaque année 5 millions de visiteurs par an. 1 visiteur sur 100 en Europe séjourne au moins une nuit à Nice, indique l'Office du Tourisme et des Congrès de la ville. Nice, grâce notamment à son Palais des Congrès et des Expositions, est aussi une destination de choix pour les voyages d'affaires.

Une saison touristique à peine entamée

La manne touristique représente près de 1,5 milliard d'euros, soit 40% du PIB du département des Alpes-Maritimes. C'est une source d'emplois essentielle: 40% de la population active travaille directement ou indirectement pour le tourisme. 

En ce mois de juillet, la saison touristique est à peine entamée. Les 200 hôtels de la ville commencent déjà à enregistrer les premiers contrecoups. Un représentant de l'UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) de la Côte d'Azur reconnaît avoir déjà reçu des demandes d'annulations, y compris pour le mois d'août. Des vacanciers ont aussi décidé d'écourter leur séjour.

Et ce ne devrait être qu'un début, au vu de la mauvaise passe que continue de traverser Paris. Après les attentats du mois de novembre, un quart des réservations hôtelières avaient été annulées. Près de 10 mois après, les touristes ne sont toujours pas revenus dans la capitale malgré les campagnes de promotion internationales. L'absence des Asiatiques ainsi que des Américains se fait toujours sentir. Les hôteliers enregistrent jusqu'à 30% de fréquentation en moins cet été encore, les palaces étant les plus exposés.

Justement à Nice, c'est plutôt une clientèle fortunée qui vient profiter du climat exceptionnel de la French Riviera et qui va donc se tourner vers des destinations qu'elle juge plus sûres. Les 12 casinos de Nice, autres grandes attractions touristiques de la ville, risquent également de manquer de joueurs.

C.C.