BFM Business

Accor se soumet à l'égalitarisme à Cuba

Accor est déjà présent à Cuba avec deux hôtels, et compte en ouvrir deux autres dans les prochains mois.

Accor est déjà présent à Cuba avec deux hôtels, et compte en ouvrir deux autres dans les prochains mois. - Accor

Le groupe hôtelier français va largement renforcer sa présence sur l'île caribéenne dans les mois à venir. Mais Accor devra y respecter des règles spécifiques, comme payer le même salaire à chaque membre de son personnel.

Ce n'est pas pour rien que le président français était accompagné de chefs d'entreprise à Cuba. A l'occasion de cette visite d'Etat, la première du genre pour un président français depuis plus d'un siècle, François Hollande a martelé que sa priorité est d'aider le pays dans son développement et de profiter de son influence sur le continent latino-américain. Mais ces deux jours ont également été l'occasion de finaliser plusieurs contrats entre la Havane et des entreprises françaises. Au premier rang desquelles Accor, qui s'apprête à renforcer sérieusement sa présence dans le pays.

Le groupe hôtelier, dirigé par Sébastien Bazin, va ouvrir un hôtel Pullman de plus de 500 chambres à la fin de l'année. Baptisé Cayo Coco, il sera le premier à proposer du wi-fi dans toutes les chambres. Des services haut de gamme proposés aux touristes dès novembre 2015. Accor compte également construire sur l'île caribéenne un Sofitel de plus de 200 chambres en partenariat avec une entreprise cubaine.

Des discussions sur ces nouveaux contrats étaient en cours depuis de longs mois. Notamment pour déterminer comment le groupe devrait se plier aux politiques sociales spécifiques de ce pays à régime communiste. Concernant le "traitement du personnel, par exemple, il y a encore assez peu de souplesse dans l'immédiat", a expliqué Christian Karaoglanian, directeur général du développement chez Accor, sur BFM Business lundi soir.

Une motivation des salariés modeste

"L'évolution du pays, au-delà de l'ouverture au marché américain, permettra peut-être aux hôteliers d'embaucher directement leur personnel et de les motiver", veut-il croire. Mais aujourd'hui, a rappelé le cadre d'Accor, "il y a un salaire unique et on ne choisit pas ses équipes, ce qui peut rendre la motivation des salariés, quel que soit leur niveau, plus modeste que ce qu'on connaît ailleurs".

Ce cadre législatif égalitaire n'a de toute façon jamais découragé l'hôtelier français, présent depuis près de 20 ans à Cuba. Il y gère deux hôtels de milieu de gamme, le Mercure Sevilla Havane, de 178 chambres, et le Mercure Playa de Oro, de 385 chambres dans la station balnéaire de Varadero.

Outre Accor, le transporteur maritime français CMA-CGM a obtenu de gérer une nouvelle plateforme logistique à Cuba. Et Total a signé un pré-accord sur les produits pétroliers, mais aucun accord sur l'exploration pétrolière offshore, contrairement à une information qui circulait lundi. 

N.G.