BFM Business

Coronavirus: l’inquiétude des professionnels français du tourisme

BFM Business
L'incertitude liée à l'épidémie de coronavirus affecte l'activité des professionnels du tourisme en ce début d'année. La clientèle chinoise a notamment déserté Paris et l'Ile-de-France.

Les professionnels du tourisme font grise mine en ce début d’année. Minés par l’épidémie de coronavirus, les gérants d’hôtels et autres hébergements ne peuvent que constater la faible fréquentation de leurs établissements, notamment en Ile-de-France. Dans un hôtel situé à deux pas de l’Opéra de Paris, la moitié des 100 chambres est encore inoccupée. "C’est très inhabituel pour la période qui arrive, sachant que c’est la période de la mode", observe Stéphane Crouet, le réceptionniste.

Les effets du coronavirus se font surtout sentir au niveau de la fréquentation de la clientèle asiatique. "C’est vraiment la clientèle asiatique qui fait que les semaines de forte activité ne sont pas terribles", confirme Stéphane Crouet. Les professionnels ont ainsi enregistré une baisse de 60% des vols entre février et avril en provenance de Chine, plusieurs compagnies aériennes ayant décidé de suspendre leurs vols.

4 milliards d'euros

La perte financière pourrait être importante pour le secteur. Selon une étude d’Atout France, un client chinois dépense en moyenne 5400 euros durant son séjour dans l’Hexagone. En 2018, le pays a par ailleurs accueilli 2,2 millions de touristes chinois. "La clientèle chinoise, c’est 4 milliards d’euros de recettes pour la France en matière de tourisme. C’est énorme. Ça a un impact considérable sur notre économie. Et maintenant, il y a des pays, États-Unis, Canada, Sud-américains, qui disent à leurs ressortissants ‘N’allez pas en Europe’", constate Didier Chenet, président du groupement national des indépendants de l’hôtellerie restauration.

Lundi, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a indiqué que le nombre de touristes était "30 à 40%" inférieur à celui attendu en ce début d’année. Un coup dur pour l’économie du pays qui a tiré 7,4% de ses revenus du tourisme en 2018 (173,3 milliards d’euros dont 66,3 milliards dépensés par des touristes étrangers).

Bilan mitigé en 2019

En 2019, la fréquentation touristique à Paris et en Ile-de-France s’est à peu près maintenue à son niveau de 2018. Mais la région francilienne doit ce bilan correcte essentiellement à la clientèle intérieure alors que la fréquentation des touristes étrangers a diminué, en partie à cause du Brexit et des mouvements sociaux.

S’ajoute donc le coronavirus en ce début d’année: "Le contexte n’a jamais été aussi incertain. On ne sait pas de quoi demain va être fait et les nouvelles qui nous arrivent d’Italie ne sont évidemment pas faites pour nous rassurer", a réagi la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse.
Paul Louis