BFM Business

Vinci lance "un avertissement fiscal"

Le bénéfice de Vinci risque d'être plombé par la nouvelle fiscalité.

Le bénéfice de Vinci risque d'être plombé par la nouvelle fiscalité. - -

Le groupe de BTP a publié, jeudi 24 octobre, ses résultats pour le troisième trimestre ainsi que ses perspectives. Il explique que la surtaxe sur l'impôt sur les sociétés, alourdie par les députés dans projet de loi de finances pour 2014, va impacter son bénéfice.

C'est la première entreprise à tirer la sonnette d'alarme et non des moindres. Le groupe de BTP Vinci a, jeudi 24 octobre, publié ses résultats pour le troisième trimestre 2014, et fait part de ses perspectives pour la fin de l'année.

Evoquant son résultat net, c’est-à-dire ses bénéfices, il indique s'attendre à une légère diminution pour l'ensemble de l'exercice 2014. "Toutefois, celui-ci serait négativement impacté par l’augmentation, en cours d’examen par le Parlement, de la surtaxe applicable à l’impôt sur les sociétés en France", explique le communiqué publié par l'entreprise. Autrement dit, l'alourdissement de l'impôt sur les sociétés risque bien de plomber le bénéfice de Vinci.

Vendredi 18 octobre, les députés ont voté, dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances pour 2014, une hausse du taux de la contribution exceptionnelle à l'Impôt sur les sociétés, une mesure instaurée par le gouvernement Fillon en 2011. Ce taux va passer de 5 à 10,7%.

En remplacement de la taxe sur l'EBE

Cette "contribution exceptionnelle" n'est acquittée que par les sociétés dont le chiffre d'affaires dépasse les 250 millions d'euros. Ce qui est largement le cas de Vinci avec 29,5 milliards d'euros à fin septembre. Elle est censée disparaître le 1er janvier 2016.

Cette hausse de la contribution exceptionnelle est venue remplacer une taxe sur l'excédent brut d'exploitation (EBE), initialement contenue dans le projet de Budget présenté en Conseil des ministres le 25 septembre.

Julien Marion