BFM Business

Vacances à l’étranger: ce que vous coûtent les retraits et achats par carte bancaire

Les coûts des cartes bancaires à l'étranger

Les coûts des cartes bancaires à l'étranger - Bertrand Guay - AFP

Si l'usage d'une carte bancaire n'est pas coûteux en France, la situation change du tout au tout à l'étranger. Retraits et paiements peuvent vite devenir ruineux, selon une étude de Panorabanques.

Elle est le moyen de paiement préféré de deux Français sur trois. La carte bancaire ne cesse des battre des records dans l’Hexagone, bien aidée ces dernières années par la croissance du e-commerce et du paiement sans contact. Mais, à l'étranger, son utilisation peut vite s’avérer coûteuse compte tenu des frais prélevés par les banques.

Dans sa dernière étude, Panorabanques dresse le tableau des coûts générés par les retraits et paiements par carte hors de nos frontières. En moyenne, un retrait dans une banque traditionnelle hors zone Euro avec une carte internationale classique est facturé 2,5% du montant de la transaction, auxquels s’ajoutent 3,10 euros de frais fixe. Le paiement par carte à l’étranger est quant à lui facturé 2,6% du montant, plus 0,40 centimes de frais fixe.

À titre d’exemple, un étudiant en vacances en République Tchèque effectuant quatre retraits de 400 euros et sept paiements de 400 euros avec une carte bancaire classique se verra prélever de 43,50 euros supplémentaires en moyenne (22,60 euros pour les retraits et 20,90 pour les paiements). Une facture qui correspond à 5,4% de l'argent que sa banque lui a avancé. Une famille de quatre personnes en voyage aux États-Unis qui réaliserait dix paiements de 1250 euros et cinq retraits du même montant avec une carte haut de gamme serait quant à elle prélevée à hauteur de 114,70 euros (46,60 euros pour les retraits et 68,10 euros pour les paiements), soit, 4,6% de la somme totale.

Des astuces pour réduire la facture

Des solutions existent pour limiter les frais bancaires à l’étranger. Faire le choix d’une banque en ligne, par exemple, est avantageux car elles ne prélèvent pas de frais fixes et facturent moins cher un retrait ou un paiement à l’étranger (entre 1,94% et 2% du montant de la transaction). Mieux encore, les néo-banques telle que l’allemande N26 propose des paiements gratuits et des commissions n’excédant pas 1,7% de la transaction pour les retraits.

Enfin, mieux vaut payer directement avec sa carte que d’effectuer des retraits, les commissions étant plus élevés. Sinon, il est préférable, hors zone euro, d’effectuer peu de retraits d’un montant important que de multiples petits retraits. 

Dernier conseil: retirer des espèces avant de quitter la France. Dans de nombreux pays, il existe des officines permettant de changer ses euros à des cours bien plus intéressant que celui pratiqué par votre banque sur toutes les transactions dans une autre devise que l'euro.

Et en France?

En France, le coût de la carte bancaire n’a cessé d’augmenter ces dernières années, la cotisation moyenne d’une carte internationale classique à débit immédiat atteignant 41,30 euros en juin 2018 (contre 40,40 euros en janvier 2017) et 43,30 euros (contre 43 euros) pour une carte internationale classique à débit différé.

Dans la plupart des cas, les retraits effectués dans une autre banque que la sienne avec une carte classique sont payants (1 euro en moyenne), même si les banques qui facturent ces retraits déplacés proposent en moyenne 3,1 retraits gratuits par mois (contre 3,5 en 2014). En revanche, les paiements dans toute la zone euro sont gratuits.

P.L