BFM Business

Oudéa (Société Générale): "la reprise repose sur les entreprises"

Frédéric Oudéa était l'invité de BFM Business ce vendredi 16 mai.

Frédéric Oudéa était l'invité de BFM Business ce vendredi 16 mai. - -

Frédéric Oudéa, président directeur général de Société Générale était l'invité de BFM Business ce vendredi 16 mai. Il s'est expliqué sur les réformes économiques, l'avenir de sa banque, et sa rémunération.

Comme de nombreux dirigeants, Frédéric Oudéa salue les efforts du gouvernement pour remettre les entreprises sur le devant de la scène. Le président directeur général de Société Générale était l'invité de BFM Business ce vendredi 16 mai. "La reprise repose sur les entreprises, ce sont elles qui créent des emplois".

Et il a ajouté: "la confiance se perd vite et elle met du temps à se reconstruire. Nous sommes dans une phase d'amélioration. Il faut agir vite et être cohérant dans la durée, donner de la visibilité". Il ne s'inquiète pas de la croissance nulle au premier trimestre. Il a expliqué, en effet, que la reprise de l'investissement, de la part des entreprises, ne reviendra qu'en 2015.

Il faut d'abord que les entreprises retrouvent leurs marges, qui sont actuellement historiquement basses. "On n'efface pas en trois trimestres 30 ans d'une politique où nous n'avons pas investi assez, où les impôts ont augmenté".

Rémunération en ligne avec les résultats

Par ailleurs, Frédéric Oudéa, estime qu'une éventuelle sortie de la zone euro serait catastrophique. "Non seulement, cela provoquerait un choc dans le système, mais cela ne nous épargnerait pas des efforts de compétitivité".

Il estime que "nos problèmes ne viennent pas de la zone euro", même si elle doit être améliorée. "Apres l'Union bancaire, il faut aller plus loin, créer un terreau favorable à la croissance en matière d'énergie, de télécommunications …".

Concernant la Russie, Société Générale reste présente. "Nous diversifions notre portefeuille en Russie, Asie, Afrique...". En effet, les prévisions de croissance y sont plus fortes. Mais la banque reste prudente.

Et enfin, Frédéric Oudéa est revenu sur sa rémunération. Il doit avoir dans les prochains jours un rendez-vous avec Arnaud Montebourg sur ce sujet et il est plutôt confiant. Cette rémunération "est soumise aux votes des actionnaires, elle est en ligne avec le CAC 40 et très inférieure à celle de mes confrères européens". Et il conclue : "le seul point important est de savoir si ma rémunération est en ligne avec les résultats de l'entreprise".

Diane Lacaze