BFM Business

La Bourse de Paris secouée par l'Ukraine

Le CAC 40 avait paniqué en début de semaine.

Le CAC 40 avait paniqué en début de semaine. - -

Le CAC 40 a perdu 1,15%, ce vendredi 7 mars. L'indice parisien a fait du yoyo toute la semaine, s'inquiétant de la situation en Ukraine.

La semaine aura été mouvementée à la Bourse de Paris. Ce vendredi 7 mars, le CAC 40 a cédé 1,15%, repassant en dessous des 4.400 points à 4.366 points. Les déclarations Gazprom, qui envisage d'interrompre ses exportations de gaz à l'Ukraine en raison d'impayés, ont inquiété les marchés.

L'indice parisien avait commencé la semaine sur une forte baisse, de 2,66%. Les investisseurs ont paniqué face à l'un des plus graves conflits entre l'Occident et la Russie depuis la chute du mur de Berlin en 1989. Ils sont inquiétés d'une possible escalade militaire et d'une intervention russe.

Mais dès mardi, le CAC 40 a quasiment rattrapé tous ses gains. L'annonce de Vladimir Poutine de la fin des exercices militaires en frontière de l'Ukraine a constitué un soulagement, qui a permis à l'indice parisien de reprendre 2,45%.

Mercredi, surveillant toujours la situation en Ukraine, la Bourse de Paris a perdu 0,11%. Et jeudi, attentive au discours de la BCE, elle a gagné 0,59%. La Banque centrale européenne a maintenu son taux directeur à 0,25% et n'a pris aucune mesure exceptionnelle, comme certains l'attendaient afin de contrer le risque de déflation.

La BCE est par ailleurs restée plutôt optimiste sur la croissance en zone euro, tout en abaissant sa prévision d'inflation en zone euro pour 2014, avant une hausse prévue en 2015.

Sur 5 jours, le CAC 40 cède 0,95% points.

Orange s'envole

Du coté des valeurs, sur 5 jours, Orange a enregistré la plus forte progression du CAC 40. Le titre a bondi de 12,86%. Le groupe a vu son bénéfice net plus que doubler en 2013 par rapport à 2012. L'opérateur a rassuré sur ses perspectives pour 2014 en confirmant anticiper une stabilisation de ses marges grâce à la poursuite des réductions de coûts. Par ailleurs, son PDG, Stéphane Richard a annoncé qu'il surveillait de près le rachat de SFR par Vivendi ou Numericable.

En revanche, Alcatel-Lucent, très présent en Ukraine, a signé la baisse la plus importante de l'indice parisien, sur 5 jours. Le titre a cédé 5,28%.

Diane Lacaze