BFM Business

La Bourse a les yeux tournés vers la semaine prochaine

La Bourse de Paris a connu une semaine relativement calme.

La Bourse de Paris a connu une semaine relativement calme. - -

Le CAC40 a terminé en légère baisse (-0,24%) ce vendredi, achevant une nouvelle semaine sans grand mouvement. La Bourse de Paris attend surtout la réunion de la Banque centrale européenne qui a lieu jeudi 5 juin.

Le CAC40 plombé par BNP Paribas. Ce vendredi 30 mai, l'indice phare de la place parisienne a terminé en baisse de 0,24% à 4.519 points. Le marché parisien a été tiré vers le bas par la chute de la banque dirigée par Jean-Laurent Bonnafé, accusant une baisse de plus de 2,5%. Le titre de la banque française est largement pénalisé par les informations du Wall Street Journal qui rapporte que Washington réclame 10 milliards de dollars à l'établissement pour mettre fin à des poursuites judiciaires liées au viol d'un embargo sur plusieurs pays, dont l'Iran.

Dans son sillage, BNP Paribas entraîne dans sa chute les autres valeurs bancaires, Crédit Agricole (-1%) et Société Générale (-2%)

Le marché parisien a aussi été plombé par EDF qui a perdu plus de 3% en raison de rumeurs persistantes sur la vente de 15% de son capital par l'Etat, ainsi que par des abaissements de recommandations.

La prudence de mise

Autrement, le CAC40 a connu une journée relativement paisible sur le front des indicateurs. Fondamentalement, le marché reste attentiste comme il l'a été tout au long de la semaine. Après une bonne séance lundi (+0,75%), le CAC40 a ensuite fait du surplace les trois jours suivants, dépassant toutefois son plus haut annuel, mercredi.

Les marchés européens sont "sur une note prudente avant les rendez-vous majeurs de la semaine prochaine", observent les analystes de Saxo Banque cités par l'AFP.

Les investisseurs ont notamment en tête la réunion de la Banque centrale européenne, qui aura lieu le jeudi 5 juin prochain. "Le prochain mouvement de la BCE a été très préparé et très téléphoné par de nombreuses déclarations de différents membres de la BCE", a fait remarquer Benjamin Melman, de EDRAM dans Intégrale Bourse ce vendredi.

Selon un sondage Reuters auprès de plusieurs économistes et analystes, l'institution européenne devrait à la fois baisser son taux de refinancement mais aussi faire basculer le taux de dépôts en territoire négatif. Deux mesures qui seraient alors prises pour contrecarrer la faiblesse de l'inflation dans la zone euro.

Julien Marion avec AFP