BFM Business

Chez le banquier Citigroup, la robotisation menacerait 10.000 emplois

Les tâches de 10.000 salariés concernés, qui représentent
quasiment 40% des effectifs de Citigroup dans la banque
d'investissement, pourraient être effectuées par des machines.

Les tâches de 10.000 salariés concernés, qui représentent quasiment 40% des effectifs de Citigroup dans la banque d'investissement, pourraient être effectuées par des machines. - Odd Andersen-AFP

L'activité de banque d'investissement de Citigroup va supprimer sur cinq ans 10.000 emplois dans les fonctions
technologiques et administratives. Leurs tâches pourraient être effectuées par des machines, selon le patron de cette activité.

La banque d'investissement ne sera pas épargnée par la vague d'automatisation des tâches qui menace les emplois tertiaires. Cette activité au sein de la banque américaine Citigroup prévoit de supprimer au cours des cinq prochaines années la moitié de ses effectifs dans les fonctions technologiques et administratives, qui comptent actuellement 20.000 salariés, a révélé le directeur de cette unité, Jamie Forese, au quotidien britannique Financial Times.

Les tâches des postes opérationnels concernés, qui représentent quasiment 40% des effectifs de Citigroup dans la banque d'investissement, pourraient être effectuées par des machines, a-t-il précisé. Il a toutefois tempéré son sombre pronostic sur l'emploi dans sa branche, en ajoutant des embauches continueront d'avoir lieu dans les activités de ventes et de recherche. "Ce que les gens font, le type de travail effectué par l'humain plutôt que par la machine va changer", a-t-il ajouté, rapporte le quotidien financier.

Les propos de ce dirigeant de Citigroup font écho à ceux du patron de la banque d'investissement Barclays, Tim Throsby, qui a déclaré au Financial Times que "l'avenir verrait un plus petit nombre d'employés gagner plus d'argent, alors que les machines prendront en charge les tâches à faible valeur ajoutée."

En France, pour s’adapter à la révolution numérique qui bouleverse le secteur bancaire, les banques de détail suppriment des postes comme à la Société générale, qui a annoncé 300 fermetures d'agences d'ici à 2020 et 900 suppressions de postes ou à la BPCE, qui a prévu de réduire, d’ici à 2020, de plus 400 le nombre de ses succursales, aujourd’hui au nombre de 8000. Quelques systèmes d'automatisation des tâches comme le robot Watson d'IBM ont été implantés au Crédit Mutuel (pour aider les chargés de clientèle) et chez Orange Bank, pour vendre des crédits à la consommation aux clients.

Frédéric Bergé