BFM Business

BNP Paribas: plus de 3 milliards de dollars d'amende aux Etats-Unis?

L'amende de la BNP aux Etats-Unis pourrait excéder les 3 milliards de dollars.

L'amende de la BNP aux Etats-Unis pourrait excéder les 3 milliards de dollars. - -

La banque française serait accusée d'avoir fait des affaires avec des pays sous le coup de sanctions américaines pourrait devoir payer plus de 3 milliards de dollars d'amende. Jean-Laurent Bonnafé, directeur général de l'établissement, s'estime confiant.

3,5 milliards de dollars : c'est le montant que pourrait atteindre l'amende de BNP Paribas aux Etats-Unis. Ce montant a été dévoilé par des sources proches du dossier citées par Reuters, ce mercredi 14 mai. Les autorités américaines accusent la banque d'avoir violé des sanctions infligées à des pays comme l'Iran ou le Soudan. 

Ce mercredi soir, lors de l'assemblée générale annuelle, Jean-Laurent Bonnafé, directeur général de BNP Paribas, se dit "confiant dans la capacité de la banque (...) à gérer cette situation qui est évidemment difficile". Et il a ajouté : "nous sommes extrêmement mobilisés".

Les faits remontent au début des années 2000. La banque avait provisionné un peu plus d'1 milliard de dollars fin 2013, en prévision de la pénalité à laquelle elle pourrait faire face. Au moment de l'annonce de ses résultats du premier trimestre 2014, en avril, BNP avait admis que les négociations avec la justice américaine étaient compliquées, et que l'amende pourrait excéder "très significativement" la provision constituée.

Bataille médiatique

La justice américaine pousse la banque française à plaider coupable d'infractions pénales dans le cadre de la procédure de réglement, ont précisé les sources. "Il y a une grosse bataille médiatique pour pousser la BNP à plaider coupable mais rien n'est joué", a ainsi déclaré par ailleurs une source européenne. "D'un point de vue français et européen, BNP n'est pas dans l'illégalité".

Le ministre américain de la Justice, Eric Holder, avait dit la semaine dernière, sans nommer de banques en particulier, que le département collaborait étroitement avec les régulateurs pour traiter les conséquences éventuelles des poursuites exercées à l'encontre d'établissements financiers.

Le directeur général de BNP Paribas, Jean-Laurent Bonnafé, et des avocats de la banque ont rencontré, jeudi dernier, des responsables du département des services financiers de New York en plaidant la clémence, a observé l'une des sources.

N.G. avec Reuters