BFM Business

BNP Paribas: Hollande a alerté Obama sur "le caractère disproportionné" des sanctions

Hollande va évoquer le dossier BNP Paribas avec Obama

Hollande va évoquer le dossier BNP Paribas avec Obama - -

L'Elysée a confirmé ce mercredi 4 juin que François Hollande avait fait savoir à son homologue américain qu'il considérait "l'amende injuste et disproportionnée" risquant de frapper la banque française.

L'exécutif donne de la voix pour défendre BNP Paribas. L'Elysée a confirmé en milieu de journée, ce mercredi 4 juin, que François Hollande a écrit à Barack Obama pour l'alerter sur le "caractère disproportionné" de l'amende qui risque de frapper l'établissement pour avoir contourné un embargo américain sur plusieurs pays dont l'Iran.

Le président français a adressé un "courrier de protestation" à son homologue américain indiquant que la banque devra être sanctionnée si elle a commis une faute "mais que sa sanction ne doit pas être disproportionnée et injuste".

Ce courrier aurait été adressé dès le 7 avril, c'est à dire bien avant l'annonce que l'amende de BNP Paribas pourrait atteindre 10 milliards d'euros. "Ils se sont ensuite parlés au téléphone à ce sujet, parmi d'autres", a précisé l'Elysée.

Les deux présidents dîneront ensemble, jeudi 5 juin, dans un restaurant parisien. "Je ne sais pas si lui veut en parler mais moi, je lui en parlerai", a dit à la presse François Hollande, mercredi, en marge d'un déplacement à Varsovie.

Fabius et Sapin à la rescousse

De son côté le ministre des Finances et des Comptes publics, Michel Sapin a, dans une interview aux Echos de ce mercredi, affirmé que la France réagirait fermement pour protéger ses intérêts fondamentaux" si les autorités américaines ne traitaient pas la banque "de manière équitable".

La veille Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, avait lui déclaré sur France 2 que le montant réclamé à BNP Paribas "n'est pas raisonnable" et pose "un grave problème".

|||sondage|||1931

J.M. avec Reuters