BFM Business

Assurance agricole: Groupama souhaite plus d'aide de l'Etat

Un rapport sur les assurances des risques agricoles devrait voir le jour en juin.

Un rapport sur les assurances des risques agricoles devrait voir le jour en juin. - -

L'assureur a annoncé, jeudi 20 février, vouloir une meilleure couverture des risques agricoles. Pour cela, il souhaiterait que le gouvernement prenne en charge une partie des cotisations des agriculteurs.

Les violentes intempéries qui ont traversé la France ces dernières semaines inquiètent particulièrement les assureurs pour les risques agricoles. "Une très mauvaise année au niveau de la grêle peut entraîner des sinistres qui coûtent deux fois les cotisations. Pour la sécheresse, cela peut aller jusqu'à cinq fois. On ne peut pas couvrir un tel risque", déplorait Jean-Yves Dagès, président de Groupama, jeudi 20 février dans la soirée.

Il a donc renouvelé son souhait d'améliorer le système d'indemnisation des risques agricoles. L'assureur mutualiste voudrait qu'un plus grand nombre d'agriculteurs soient assurés. A savoir, que 50% des exploitations soient assurées, contre 37% aujourd'hui. Pour cela, il souhaiterait que le gouvernement prenne en charge une partie des cotisations, pour que le tarif payé par l'agriculteur soit raisonnable, et que l'Etat joue son rôle vis-à-vis des assureurs en matière de réassurance, qu'il propose sa garantie en matière de couverture des risques agricoles.

Garantie de base avec une franchise de 30%

Et cette réflexion pourrait bientôt aboutir à des décisions. Le président de Groupama a rappelé que le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, "qui s'est engagé dans un travail très constructif", avait mis en place un groupe de travail sur les risques agricoles.

Groupama, qui couvre les risques climatiques aux côtés de l'Etat depuis 2005, a l'intention de jouer pleinement son rôle de premier assureur de l'agriculture pour collaborer à la rédaction du rapport, que le ministre de l'Agriculture souhaite finaliser d'ici fin juin.

La profession a, d'ailleurs, déjà une proposition sur la table. Elle propose aux agriculteurs une garantie de base avec une franchise de 30%.

Thierry Martel, directeur général de Groupama, a fait valoir que dans plusieurs pays, dont les Etats-Unis et le Canada, l'assurance était utilisée comme un outil de soutien aux revenus des agriculteurs. "Dans ces pays, on délègue aux assureurs la gestion du risque et on subventionne les primes. C'est presque une forme de partenariat public-privé", a-t-il insisté.

Diane Lacaze avec AFP