BFM Business

Xavier Beulin: "l'agriculture a besoin d'un choc de compétitivité"

Xavier Beulin, le patron de la FNSEA, était l'invité de David Dauba dans Le Grand Journal ce vendredi 2 août.

Xavier Beulin, le patron de la FNSEA, était l'invité de David Dauba dans Le Grand Journal ce vendredi 2 août. - -

Le président de la FNSEA était l'invité du Grand Journal, sur BFM Business ce vendredi 2 août. Il y a réagi aux annonces de François Hollande sur les retraites, et les OGM.

Retraites des agriculteurs, prolongement du moratoire sur les OGM, simplification des procédures dans l'agriculture… En visite en Dordogne ce vendredi 2 août, François Hollande a multiplié les annonces en direction du secteur agricole. Sur BFM Business, Xavier Beulin, le président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) réagissait à ces annonces.

>> Sur les retraites des agriculteurs

Les agriculteurs toucheront une pension de 75% du smic minimum. Le président français s'y était engagé alors qu'il n'était que candidat à la présidentielle, et il a acté cette décision ce vendredi. "Tout cela va dans le bon sens", a estimé Xavier Beulin.

Mais il prévient qu'il faudra "sans doute repenser la manière dont on calcule les retraites agricoles". D'abord parce que dans ce secteur, les pensions sont calculées sur la carrière entière, "tandis que dans les autres filières, la période de référence est de 25 ans maximum".

Il estime qu'en moyenne, les exploitants perçoivent une retraite de 700 euros par mois, dès lors qu'ils peuvent justifier d'une carrière complète. "Mais pour les veufs, et tout particulièrement les veuves d'agriculteurs, les taux sont beaucoup plus faibles". Autre phénomène à regarder de près : la "diminution de l'assiette de contributeurs", qui créé un "déséquilibre structurel pour le régime agricole".

>> Sur la simplification de l'action publique

Sur chaque litre de gazole, 47-48 centimes sont prélevés par l'Etat. Mais pas dans l'agriculture (ni le BTP), qui bénéficie d'une exonération partielle de taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP). "C'est un des seuls postes dans l'agriculture où nous sommes plus compétitifs que nos voisins européens", explique Xavier Beulin, qui a fait part de sa crainte d'une disparition de ce dispositif au président de la république. "J'attends de voir le projet de loi de finances pour 2014", déclare-t-il.

Autre sujet abordé avec le chef de l'Etat: la simplification des normes. Obtenir une réponse de l'administration française sur un dossier de construction, d'aménagement, d'agrandissement prend "plusieurs mois, voire plusieurs années". Le président de la FNSEA cite l'exemple du biogaz et de la méthanisation, "autour desquels les agriculteurs, avec l'appui du gouvernement, veulent lancer une dynamique". En moyenne, il faut attendre entre 24 et 36 mois pour obtenir les autorisations. "C'est décourageant, pesant, coûteux". Sa solution : "imposer des délais de réponse à l'administration, à l'issue duquel une absence de réponse vaut un agrément".

>> Sur la compétitivité

"Nous n'échapperons pas à ce que vivent la plupart des secteurs industriels français, nous avons besoin d'un choc de compétitivité" assure le représentant du monde agricole. Il faut que la France redevienne un "fleuron mondial de l'agriculture". Xavier Beulin rappelle ainsi que "nous étions sur la deuxième marche mondiale il y a quelques années, aujourd'hui, nous sommes troisième en Europe".

Il faut donc miser sur la "recherche et l'innovation", et pour cela, il faut "favoriser l'investissement dans la filière agricole". C'est ainsi que le patron de la Fédération s'est adressé directement à la Banque publique d'investissement pour qu'elle "accompagne des projets dans la structuration des filières agricoles et agroalimentaires".

N.G. et BFM Business