BFM Business

TVA réduite : les restaurateurs en appellent au "président du terroir"

Les restaurateurs contestent le rapport Thévenoud

Les restaurateurs contestent le rapport Thévenoud - -

Alors que le député PS Thomas Thévenoud estimait dans un récent rapport que la baisse de la TVA dans la restauration n'avait pas atteint les objectifs espérés, le représentant des restaurateurs présente ses propres données.

Après Thomas Tévenoud, le député PS auteur d'un récent rapport sur la baisse de la TVA dans la restauration et l'hôtellerie, hier, c'est au tour de Jean Terlon, qui représente les restaurateurs au sein de l'UMIH, de venir s'expliquer, ce vendredi 2 novembre, dans le Grand Journal de BFM Business.

Selon le représentant de l'un des syndicats professionnels du secteur, "la TVA actuelle sur la restauration est normale. Nous n'avons obtenu aucun cadeau fiscal". En fait selon lui, le problème vient du fait que le taux réduit a été accordé par Nicolas Sarkozy, ce que ne supporte pas la majorité actuelle.

Jean Terlon estime qu'"il ne faut pas raisonner seulement en termes d'emplois créés mais aussi d'emplois maintenus dans un contexte tendu". "D'ailleurs, les syndicats de salariés défendent la TVA réduite au nom de l'emploi. Ce n'est pas tous les jours que patronat et syndicats sont d'accord", a-t-il ajouté. Il a rappelé au passage que Pôle emploi dispose aujourd'hui de 217 000 offres non satisfaites dans le secteur.

Espoir dans le "président du terroir"

Pour lui, il est faux de dire, comme le fait le rapport Thévenoud, que la TVA à taux réduit coûte 3 milliards d'euros par an au budget de l'Etat. Il annonce d'ailleurs qu'une prochaine étude d'un économiste menée dans le cadre des discussions entre la profession et la ministre du Commerce et de l'Artisanat démontrera que la TVA réduite coûte au final zero, en prenant en compte toutes les retombées positives en matière d'emplois et d'investissements.

Pour l'avenir, c'est à dire la décision de maintien ou non de la TVA réduite, Jean Terlon a "espoir dans le président du terroir", François Hollande, grand habitué des cafés et restaurants correziens...

BFM Business