BFM Business

La baisse de la TVA dans la restauration "est une subvention pour les grands groupes"

Thomas Thévenoud, député socialiste, était l'invité du Grand journal de BFM Business ce jeudi.

Thomas Thévenoud, député socialiste, était l'invité du Grand journal de BFM Business ce jeudi. - -

Thomas Thévenoud, député (PS) de Saône-et-Loire était l'invité de BFM Business ce jeudi 1er novembre. Il a défendu son rapport parlementaire sur la hausse de la TVA dans la restauration.

"Cette TVA coûte chaque année trois milliards d’euros à l’Etat". Thomas Thévenoud, député socialiste et auteur d’un rapport sur la TVA dans la restauration, est directement entré dans le vif du sujet. Invité du Grand journal de BFM Business ce jeudi 1er novembre, l’élu de Saône-et-Loire a affirmé s’être basé sur "les chiffres de l’Insee, ceux des services de l’Etat, et parfois ceux des restaurateurs eux-mêmes."
En réalité, tout dépend de leur interprétation. Pour Thomas Thévenoud, la mesure n’a pas rempli tous ses objectifs. Car sur les trois milliards (brut) en question, il y a "850 millions dont on ne sait pas où ils sont passés". Avec, en ligne de mire, les grands groupes de restauration, traditionnelle ou rapide : "Il n’est pas normal que les grands groupes profitent de cette subvention, car c’est une subvention".

17 000 euros par emploi sauvé, soit le même coût que les emplois d'avenir ?

Sur le plateau, sa version s’est confrontée à celle d’Emmanuel Lechypre, journaliste à BFM Business. Selon les calculs de ce dernier, la baisse de la TVA dans la restauration a permis de sauver 100 000 emplois. Et au final, en comptant les cotisations qui sont rentrées dans les caisses de l’Etat grâce à ces postes sauvés, la mesure coûterait en fait 1,5 milliards d’euros, ce qui représenterait environ 17 000 euros dépensés par emploi sauvegardé. A peu près le coût des emplois d’avenir que le gouvernement est en train de mettre en place, donc.

La guerre des chiffres est donc bien lancée. Prochain épisode : ce vendredi 2 novembre, même lieu, même heure (18heures). Avec cette fois-ci comme invité Jean-Pierre Chedal, président des restaurateurs au sein du syndicat Synhorcat.

BFMbusiness.com