BFM Business

Qu'est-ce qui pousse un cadre à quitter son CDI pour devenir indépendant?

C'est la conjonction de plusieurs facteurs qui favorise le passage au statut d'indépendant.

C'est la conjonction de plusieurs facteurs qui favorise le passage au statut d'indépendant. - Unsplash- CC

Depuis 10 ans, l'emploi non salarié connaît un succès grandissant, en particulier dans le secteur tertiaire. L'Apec s'est penchée sur les motivations des cadres qui préfèrent devenir leur propre patron.

Le CDI reste la norme en France: 87% des salariés travaillent sous ce statut. Mais depuis 2008, la part de l'emploi non salarié ne cesse de progresser pour atteindre 12% en 2016. La création du statut d'autoentrepreneur a créé une sorte d'engouement pour l'entrepreneuriat, soutenu par le développement d'autres formes de travail indépendant (groupement d'employeur, portage salarial, multi-activités…). Ces "nouvelles formes d'emploi suscitent un intérêt certains chez sept cadres en poste sur dix", affirme l'Apec dans une synthèse dédiée au sujet. L'association pour l'emploi des cadres s'est penchée sur les motivations des salariés qui ont franchi le pas, en quittant leur employeur pour opter pour l'un de ces statuts indépendants. En fait, c'est la conjonction de plusieurs éléments qui les a conduits à faire ce choix de carrière.

Retrouver de la flexibilité dans son travail

Le premier des souhaits de ces cadres devenus entrepreneur est de retrouver de l'autonomie dans leur travail, notamment pour s'assurer un équilibre entre vie privée et professionnelle. "Il s'agit dans la plupart des cas de restaurer de la flexibilité, d'avoir la possibilité de s'organiser différemment, même si par ailleurs la charge de travail peut être plus importante et plus chronophage", détaille l'Apec. L'association a constaté que ces aspirations sont partagées par les cadres ayant ou non des charges familiales et ceux ayant déjà une longue carrière derrière eux.

Acquérir de nouvelles compétences

Mais ce n'est pas le seul facteur déclenchant : les cadres mettent aussi en avant le goût de relever certains challenges. Quand l'entreprise ne leur permet plus de progresser dans leurs compétences et d'acquérir de nouveaux savoir-faire, ou que le perspectives d'évolution sont nulles, alors le statut d'indépendant se révèle une voie plus prometteuse. "L'entrepreneuriat peut en effet permettre de valoriser ses compétences, de les faire évoluer dans un rapport au travail renouvelé, notamment par une relation client plus engagée en offrant une offre de service plus personnalisée", commente l'Apec. Le fait de ne plus partager la vision ou l'orientation stratégique de l'entreprise, ou des désaccords avec l'encadrement pèse aussi dans la balance.

Avoir le soutien de son entourage

Mais quitter un confortable CDI pour devenir indépendant représente une prise de risque que les cadres ne sont pas prêts à assumer seul. Être bien entouré est primordial pour assurer la réussite de ce nouveau challenge professionnel: l'ensemble des cadres interrogés reconnait que leur projet n'a pu se concrétiser que parce qu'il se trouvaient dans un environnement favorable susceptible d'amortir la prise de risque. Concrètement, cela se traduit par un soutien parental en nature (hébergement, aide administrative) ou financier pour les plus jeunes. Pour les plus âgés, c'est le conjoint qui joue le rôle de soutien, en apportant des revenus au ménage et en permettant l'accès à une mutuelle.

C.C.