BFM Business

Les 5 pièges à éviter quand on devient freelance

Le statut de freelance fait de plus en plus d'adeptes, attirés par sa flexibilité. Mais ce statut n'est pas sans inconvénient.

Le statut de freelance fait de plus en plus d'adeptes, attirés par sa flexibilité. Mais ce statut n'est pas sans inconvénient. - FirmBee- CC

Organiser ses journées comme on veut, se concentrer sur les missions les plus stimulantes, ne plus supporter le poids de la hiérarchie… Le statut d'indépendant a bien des avantages. Mais avant de parvenir à cette vie professionnelle idyllique, il faut éviter les erreurs du débutant.

Se lever chaque matin en se disant que l'on est son propre patron. Une satisfaction à laquelle aspirent de plus en plus de professionnels, à la recherche de flexibilité, d'autonomie… ou parce que leur profil est devenu trop atypique pour être recruté en entreprise. Mais devenir freelance ne s'improvise pas. Ils sont nombreux à jeter l'éponge au bout de quelques mois. Pas par manque de compétences, d'implication ou parce que le marché est saturé, mais par manque de méthode, lié à l'inexpérience.

"Quand on débute, on commence naturellement par chercher sur le net. On y trouve des tonnes de réponses, notamment sur le statut, mais on ne sait pas ce qui est le mieux pour soi", explique en connaisseur Johann Ouaki, qui après plusieurs années de freelance, vient de lancer Soto, un programme de formation qui leur est dédié. Mais ces démarches administratives ne sont qu'un avant-goût des pièges qui ponctuent la carrière d'un freelance. Organiser son plan de communication, démarcher les clients, fixer ses prix et établir des devis, prévoir les rendez-vous avec des prestataires, gérer les mauvais payeurs... Pour vous faire gagner du temps, et acquérir de la confiance en vous, voici les écueils à éviter .

1-Continuer à se penser en salarié

Quel est le propre du salarié? Avoir des horaires fixes et devoir régulièrement rendre des comptes à son manager. Or justement, le propre du freelance, c'est qu'il n'a plus de hiérarchie et qu'il peut choisir ses missions en fonction de son agenda. "Souvent, les professionnels qui débutent considèrent leur client comme leur patron, ce qui fausse les relations. Un client est une personne qui a un besoin", met en garde Johann Ouaki. Face à ce besoin, le freelance doit se positionner en tant qu'apporteur de solutions. Le travailleur indépendant doit aussi garder à l'esprit qu'il n'est plus en CDI, que rien n'oblige un client à lui fournir du travail régulièrement. Autrement dit, il doit veiller à multiplier les clients pour avoir des rentrées d'argent régulières.

2- Organiser son emploi du temps uniquement sur la production

Quand on débute, on peut avoir du mal à évaluer le temps nécessaire pour remplir telle mission ou encore avoir tendance à tout accepter. Or il est essentiel de réfléchir à son organisation car les tâches du freelance ne se résument pas à élaborer la charte graphique d'une boîte ou bien à mettre sur pied l'application mobile d'un client. Ce n'est qu'un aspect de sa palette d'activités. "Il faut se ménager des jours pour prospecter, répondre aux demandes des contrats suivants, s'occuper de sa gestion, de sa facturation, mais aussi réseauter", cite en exemple Johann Ouaki. Ces jours ne sont pas facturés, mais sont indispensables à la poursuite de l'activité. Les débutants y pensent rarement et se retrouvent totalement dépassés au bout de quelques semaines par les tâches administratives.

3- Oublier de se fixer des objectifs

Pourquoi avoir opté pour le statut de freelance? Pour augmenter vos revenus? Pour avoir un rythme de vie qui colle à vos impératifs familiaux ou bien à vos passions? Les réponses à ces questions permettent de déterminer la stratégie qui va permettre d'atteindre ses objectifs.

Si vous avez décidé d'avoir un train de vie plus confortable, il faut donc cibler les contrats les plus rémunérateurs et ne pas chercher à prendre ceux que vous savez chronophages, "pour faire plaisir à un client". De même si votre objectif est de pouvoir passer du temps avec vos enfants à la sortie de l'école, il faut s'organiser en conséquence… quitte à se remettre à travailler le soir une fois qu'ils sont couchés, lors des coups de feu.

4- Mal évaluer le prix de ses prestations

"La première facture est un moment magique, on se dit que finalement, c'est facile d'être freelance", commente Johann Ouaki. Mais combien d'heures avez-vous passées pour honorer la commande du client? De plus, il faut déduire de ce montant brut les charges sociales, les congés que vous voudrez prendre… Quand on débute, histoire de se faire un carnet de clients, il peut être tentant d'accepter n'importe quelle mission ou bien de proposer des tarifs plus bas que la concurrence. Mais avec cette politique, il sera difficile de tenir sur la durée.

5- Ne pas parvenir à se faire payer

Les freelances débutants sont une proie facile pour les entreprises mal intentionnées, qui misent sur leur manque d'expérience pour ne pas honorer leur facture. Or quand on débute, la trésorerie est limitée, et un client qui ne paye pas en temps voulu mène tout droit à la banqueroute.

"Il faut organiser un process de suivi et réussir à s'imposer. Une facture, cela se paye, ce n'est pas optionnel", assène Johann Ouaki. Il faut se montrer ferme, multiplier les relances. Quitte à faire du marchandage en mettant en garde que le travail suivant ne sera pas rendu tant que le premier n'a pas été réglé. Ce n'est pas au freelance de supporter les problèmes de trésorerie du client.

Coralie Cathelinais