BFM Business

Pourquoi vous n'avez plus intérêt à mentir sur votre CV

Formations et expériences professionnelles mentionnées sur le CV sont passées au crible.

Formations et expériences professionnelles mentionnées sur le CV sont passées au crible. - C.C.

Entre petits arrangements avec la réalité et mensonges éhontés, ceux qui embellissent leur parcours sur leur curriculum vitae devraient se méfier. De nombreux recruteurs font désormais appel à des enquêteurs pour vérifier les données mentionnées par les candidats qui les intéressent. Même le montant du salaire peut être contrôlé.

Un curriculum vitae se doit d'être accrocheur pour attirer l'œil d'un recruteur. Il est donc tentant de gonfler son expérience, de mentionner des diplômes que l'on n'a pas vraiment obtenus ou de s'octroyer des mentions imaginaires. Pour l'entreprise qui propose un emploi, ces informations erronées peuvent conduire à des erreurs de recrutements, forcement synonymes de pertes de temps et d'argent.

D'où l'idée de Check It. Déjà présente sur la vérification des diplômes, cette entreprise a décidé d'étendre ses services aux CV. "On ne peut pas forcément parler de mensonge. Le plus souvent, nous détectons des indications qui ne sont pas précises, des oublis. Comme par exemple mentionner que l'on a obtenu un diplôme en deux ans alors qu'en fait il en fallu trois", explique Emmanuel Chomarat, l'un des fondateurs de la société Group Diploma qui propose ce service de vérification. "Aucun CV n'est totalement exempt d'erreurs", assène-t-il, un constat qui concerne aussi bien les juniors que les seniors.

Mais avant de passer un CV au crible, l'accord du candidat est tout de même nécessaire. C'est d'ailleurs lui qui va fournir les coordonnées des entreprises où il a travaillé, et éventuellement celles des personnes à contacter, que ce soit un supérieur ou bien une personne du service du personnel.

Entre 24 et 48 heures de délai

Seront alors vérifiées les fonctions exercées, les dates d'entrée et de sortie, les responsabilités liées aux postes précédemment occupés. "Les entreprises qui font appel à nous, nous demandent aussi souvent de vérifier l'ancien salaire, car c'est quand même la pierre angulaire pour les négociations lors du recrutement", précise Emmanuel Chomarat.

L'étape la plus compliquée est celle de la vérification des diplômes, en raison du foisonnement des cursus et des interlocuteurs. Et il ne faut pas croire que cela ne concerne que les cadres surdiplômés. Les recruteurs aiment savoir si une personne qui prétend avoir le bac l'a bel et bien eu.

Au final, il faut entre 24 et 48 heures pour que Check It envoie son rapport à son client. Actuellement, ce sont plus de 200 CV et 2.000 diplômes qui sont passés au crible chaque mois. Check It facture entre 30 et 20 euros (tarifs dégressifs) la vérification de chaque point. Le prix de la tranquillité pour les entreprises.

Coralie Cathelinais