BFM Business

"Les entreprises ont besoin de flexibilité"

Jean-François Roubaud veut des mesures pour aider les entreprises françaises

Jean-François Roubaud veut des mesures pour aider les entreprises françaises - -

Invité du Grand Journal de BFM Business, Jean-François Roubaud, le président de la CGPME s'est déclaré sceptique quant à l'utilité de la future Banque publique d'investisement.

"Il faut donner à nos entreprises une bouffée d’oxygène". Jean-François Roubaud, président de la CGPME, a poussé un véritable cri d’alarme, mardi 11 septembre, sur le plateau du Grand Journal de BFM Business. "Tous les jours, des petites entreprises ferment. Dans le secteur de l’automobile et du BTP, mais également des commerces de proximité. Cela a des effets pervers et dangereux pour notre économie".

Créer une Banque Publique d’Investissement pour aider les entreprises françaises à investir est une bonne chose, selon Jean-François Roubaud. "Mais l’urgence aujourd’hui, c’est moins l’investissement que la trésorerie et la flexibilité".

Une amélioration des procédures, plus de simplicité, donner la liberté aux entreprises d’être compétitives : c'est cela qu'attendent surtout les entreprises. "Pas pour gagner de l’argent mais pour créer de l’investissement, de l’emploi, aller à l’étranger, amener la France ailleurs", précise-t-il.

"Aujourd’hui en France, on ignore ce qu’est une entreprise, souligne Jean Peyrelevade, ancien président du Crédit Lyonnais, actuel président de la banque Leonardo. La priorité, dans l’opinion public, est donnée au social plutôt qu'à l'économique. Donc nous ne créons plus assez de richesses pour alimenter le social. Et on se retrouve dans l’impasse où nous sommes".

La solution ? "Il faut des mesures efficaces maintenant. Pas dans six mois ni dans un an. Cela fait déjà trois mois que nous les attendons", a conclu Jean-François Roubaud.

Diane Lacaze