BFM Business

Le Medef réclame des états généraux de la dépense publique

Pierre Gattaz veut geler la dépense publqiue à son niveau de 2013.

Pierre Gattaz veut geler la dépense publqiue à son niveau de 2013. - -

Pierre Gattaz, le président de l'organisation patronale, a, ce mardi 17 juin, dénoncé "le flou" qui entoure les 50 milliards d'euros d'économies du gouvernement. Il a également réclamé le gel de la dépense publique à 1.200 milliards d'euros.

Alors que la Cour des comptes a, ce mardi 17 juin, exprimé des doutes importants sur les 50 milliards d'euros d'économies du gouvernement, le Medef rebondit sur le sujet.

Lors d'un colloque ce mardi 17 juin, le président de l'organisation patronale, Pierre Gattaz, a dénoncé "le flou artistique" qui entoure le montant de ces économies. Le patron des patrons a demandé en ce sens l'organisation d'états généraux de la dépense publique.

Pierre Gattaz a aussi insisté sur la nécessité de "s'acharner plus sur la dépense publique". "C'est la mère de toutes les réformes. Il est fondamental degarder le cap", a-t-il déclaré. "Nous sommes au bord du précipice, nous n'avons plus le temps de tourner autour du pot", a-t-il lancé.

Geler la dépense publique à 1.200 milliards d'euros

"Nous proposons de geler la dépense publique à 1.200 milliards d'euros, soit son niveau de 2013", a ensuite déclaré Pierre Gattaz, rappelant que les économies prévues pour l'heure consistaient en une hausse moins forte et non en une baisse.

"Nous pouvons prendre cet objectif, vous obtenez 90 à 100 milliards d'économies." Il a également souhaité que le débat sur la dépense publique soit rendu "plus audible" à travers des initiatives : "il faut d'abord raisonner en euros, il faut se décorréler du PIB, qui évolue", a-t-il dit.

Pierre Gattaz a également espéré que la dépense publique soit traitée "sous tous ses aspects", notamment les comptes sociaux. Que le "déficit zéro" soit érigé en "règle d'or", et que "les ministres soient jugés sur leur capacité à gérer leur budget, voire à ne pas le consommer".

J.M. avec Reuters